Siguiri : « La SAG a acquis des terres de sa mine d’or par violence, intimidation » (Rapport Ong)

0
526
photo Cecide

Le Centre de Commerce International pour le Développement (CECIDE) a organisé une conférence, mardi, 31 janvier 2017, à la Maison de la presse de Conakry, sur le thème «Publication du rapport d’étude sur le processus de réinsertion des populations affectées par le projet Area One (zone Un) à Kintinian dans la préfecture de Siguiri en Haute Guinée.
Le coordinateur du programme, Droits des communautés riveraines des mines au CECIDE, Aboubacar Diallo a cité un rapport publié le 31 janvier par des Organisations de la Société Civile Guinéenne (OSCG) : «le géant minier AngloGold Ashanti a acquis des terres pour l’extension de sa mine d’or à ciel ouvert en République de Guinée par violence, intimidation et d’autres comportements non éthiques».

Il a indiqué, que ce rapport examine les efforts s’étalant sur plusieurs années d’AngloGold et sa filiale en Guinée, la Société Aurifère de Guinée (SAG), d’expulser environ mille (1000) habitants de ‘’Area One’’, zone faisant partie du village de Kintinian 2 dans le nord-est du pays, afin de développer une nouvelle mine à ciel ouvert.
«A travers des entretiens avec presque cent (100) membres des communautés affectées, des représentants étatiques et de la société, les auteurs démontrent que, la communauté a été exclue des consultations concernant l’utilisation des terres, brutalement réprimée lors de leur manifestation et a été contrainte à signer les accords de réinstallation qu’elle ne comprenait pas et qui ne répondaient même pas aux normes internationales», a affirmé le coordinateur du programme, Droits des communautés riveraines des mines au CECIDE.
Aboubacar Diallo a rappelé, qu’en mars 2015, la SAG avait annoncé au gouvernement guinéen qu’elle devrait mettre fin à ses opérations en cours à Kintinian, à moins qu’elle n’accède à «Area One» d’ici mai 2016. A la suite de cette menace de la SAG, un risque véritable dans un pays, dont au moins deux grandes sociétés minières ont retiré leurs investissements au cours des dernières années, l’entreprise et l’Etat étaient disposés à faire de grands efforts pour assurer l’accès à la terre.
«Le secteur minier en Guinée a été frappé par la privation des terres, les violations des droits du travail, les promesses non tenues et mêmes des massacres. AngloGold a perpétué ce modèle à Kintinian», le coordinateur.
Il a fait savoir, que «le rapport d’étude sur le processus de réinsertion des populations affectées par le projet Area One (zone Un) à Kintinian fait état d’une large gamme d’abus contre les habitants de cette partie, notamment la violence physique, lorsque les négociations entre les habitants de Kintinian et la SAG concernant les termes de la réinstallation ont été rompues, le gouvernement guinéen a envoyé ses Forces de Défense et de Sécurité (FDS), …, pour faire céder les terres des populations par la force».
Les conférenciers ont conclu : «Les actions d’AngloGold Ashanti, de la SAG et des FDS guinéenne violent le droit guinéen et les normes internationales en matière de réinstallation involontaire. Les auteurs font donc appel à l’Etat guinéen de réparer les préjudices causés par ses FDS et d’assurer le respect des Droits de l’Homme (DH) ; a la SAG et sa société mère, AngloGold Ashanti, d’assurer un audit public pour évaluer et remédier à la procédure de réinstallation involontaire effectuée sur Area One, et à la communauté de Kintinian d’agir de façon pacifique dans la défense de ses intérêts et d’éviter la division sociale.

in agp

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici