Labé ce lundi 13 : film d’une journée de violences

0
166

Labé, Guinée : L’appel à manifester du Front national pour la défense de la constitution a été respecté à la lettre ce lundi 13 janvier 2020 par les citoyens de la cité de karamoko Alpha de Labe où des jeunes ont érigé plusieurs barrages et attaqué certains édifices.

Selon nos informations, certains jeunes ont commencé à barricader presque toutes les  routes en y brûlant des pneus et empechant aux détenteurs d’engins de circuler. D’aucuns ont exigé l’argent.

Notre constant au niveau de l’administration, de la préfecture en passant par la mairie,  les activités sont quasiment paralysées mais au gouvernorat , l’engouement est au beau fixe. On note la présence du gouverneur et un important dispositif sécurité est visible à l’intérieur comme à l’extérieur de la cour.

Dans le secteur éducatif, tous les établissements scolaires sillonnés, publics comme privés sont restés fermés. Même si à l’IRE et la DPE, les travailleurs étaient présents sur les lieux et que les choses se déroulent normalement.

 Parlant des activités économiques, toutes les banques et les stations de services sont fermées. Le marché central aussi sauf au marché Gnenguema où quelques vendeuses de condiments étaient visibles.

Trouvé sur un des barrages érigés par les jeunes manifestants, ce jeune sous couvert d’anonymat revient sur  l’objectif de leur acte .

« Nous sommes là depuis 6heures pour empêcher tous les détenteurs de véhicules et motos de passer. S’ils refusent de nous donner au moins une somme de 5.000 gnf, pour qu’ on les laisse passer, nous allons les bloquer. Et S’ils font la tête dure avec nous, on va brûler leurs engins. Aujourd’hui il n’y a pas de travail à Labé, je vous le garantie. Nous allons faire quitter même les femmes qui sont au marché Gnenguemaa « , laisse entendre ce manifestant très remonté. 

Une journée très mouvementée à  Labe, car les manifestants ont fait tomber une partie de la cour du tribunal avant d’y pénétrer et incendier quelques véhicules qui y étaient stationnés et casser les vitres de la salle d’audience.

Suite à l’intervention des agents de la police, les manifestants se sont retournés au rond-point de l’hôpital où ils échangé des jets de pierres avec les forces de défense et de sécurité.

Interrogé sur cette situation le procureur dudit tribunal NFallou Doumbouya n’a pas voulu s’exprimer pour le moment. Il ne se prononcera qu’ après avoir fait le bilan.

Au siège du RPG ARC en ciel sis au quartier konkola d’autres jeunes grognards y étaient pour saccager les locaux. Trouvé sur les lieux, ce citoyen revient sur les circonstances de cette attaque.

 » Nous, on était tout près du siège du parti au pouvoir entrain de faire du thé, c’est en ce moment que des jeunes venus de Daka et environnants munis de cailloux et de bâtons pour piller les locaux. Ils ont fait tomber le portail en jetant des pierres et projectiles dans la cour, sur les toitures. Même les maisons voisines n’ont pas été épargnées par les jeunes manifestants. Une boutique tout près a été vidé de son contenu. C’est grâce à la mobilisation de certains jeunes du quartier et de la gendarmerie que les jeunes se sont finalement dispersés », témoigne Mamadou Aliou Barry .

Toutes nos tentatives de joindre un responsable local du RPG sont restées vaines. 

Il faut noter qu’ il n’y a  pas  pour le moment de cas de mort mais des blessés ont été enregistrés côté manifestants comme  agents des forces de l’ordre. Certains jeunes manifestants aussi ont été mis aux arrêts. 

Aissatou Diallo Labe pour guineetime