N’Zerekore : retour au calme…les citoyens à la recherche de proches disparus

0
345

Conakry, Guinée : la ville de N’zerekore connait un retour au calme après les violences qui ont émaillé le double scrutin référendaire et législatives du dimanche 22 mars.

Le post- électoral  a connu des dégâts matériels et plusieurs pertes en vie humaine. Dont les corps sont déposés à l’hôpital central de la ville. Avec le calme, les parents des victimes sont en quête des dépouilles de leurs victimes à la morgue.
Le corps d’ne femme tuée pas balles dans le quartier Gbangana après le dépôt d’essence, a été retrouvé avant d’être inhumé mardi 24 mars, très tard la nuit.

Un proche de la victime joint au téléphone explique le contexte dans lequel la femme est morte.

« Ce sont les jeunes du quartier qui ont érigé un barrage sur la route en partant vers Diecké juste après le dépôt d’essence à Gbangana. Quant la gendarmerie est venue pour les disperser, les jeunes ont pris la fuite pendant que la femme elle, était dans son bar. La gendarmerie est rentrée dans le quartier pour pourchasser ces jeunes, à leur retour la femme voyant leur pick-up,  a pris peur et elle voulait fermer son bar. Dès qu’elle est sorti et a pris la porte pour la fermer, il y’a un gendarme qui l’a tiré sur le ventre » explique ce témoin. La victime est mariée et son mari était en brousse pour la récolte du vin de palme.


La population avec la peur, reprend ses activités pour subvenir à leurs besoins.
Certains quartiers chauds de la ville connaissent jusque là une présence marquée de militaires qui ont érigé une base militaire pour la sécurisation. Le déplacement est permis dans ces quartiers.

Plus d’une dizaine de personnes sont passées de vie à trépas dans la capitale de la région forestière dans des affrontements à caractère communautaire.