Kankan : une chaîne de solidarité en faveur des enseignants du privé

0
775

Conakry, Guinée : Afin d’abréger la souffrance des enseignants du Privé de Kankan, une chaîne de solidarité est mise sur pied. L’appel des maîtres d’école commence à toucher la sensibilité de plus d’un.

Depuis la fermeture des salles de classe en Guinée comme à Kankan, les enseignants non engagés évoluant dans des écoles privées, n’ont reçu jusque-là aucun francs  des mains des fondateurs d’écoles en cette période de crise sanitaire. Il est en ce moment difficile pour les familles de ces derniers de joindre les deux bouts. Et ça, sous l’œil impuissant des autorités du pays. 

Pour se tirer d’affaire, une chaîne de solidarité dénommée  » chaîne  de solidarité pour des enseignants non engagés évoluant dans les écoles privées de kankan » (CSENEEEPK) est mise sur pied par ces enseignants depuis plus de vingt jours à kankan. Malgré les multiples appels et demandes d’aides opérés par ces derniers à travers ce collectif de 243 enseignants, jusque-là leurs demandes ne produisaient pas d’effets escomptés.

« Du début de notre chaîne de solidarité jusqu’à maintenant, nous n’avions reçu qu’une somme de 1 million 900 mille gnf. Ça, c’était après que nous ayons frappé à la porte de presque toutes les autorités de la ville voir même de tous les ministres, sans gagner gain de cause. A notre grande surprise, Dr Ousmane KABA vient de nous offrir une enveloppe de 6 millions gnf par les mains de ses responsables politiques locaux » se réjouit Mohamed MANSARE, porte-parole de ce collectif. 


Poursuivant, il nous confie que par ce même coup de chance, une somme significative vient encore d’être versée à son niveau. C’est l’honorable Aboudou KABA, Maire de Karifamoria qui lui a versé un montant de 500 mille gnf. Ce qui fait un montant total de 10 millions 400 mille gnf.


« Nous demandons aux fils de kankan, à toutes les personnes qui aiment l’Education, de nous venir en aide maintenant parce que c’est maintenant que nous avons besoin d’aide et nous les prions d’en faire autant pour que ce montant obtenu puisse alléger la dépense de ces pères de familles dont nous voulons appuyer d’ici la fin du Ramadan » plaide Mansaré.


Espérant que d’autres mécènes viendront au chevets de ces  enseignants, il faut noter qu’à kankan, les conséquences économiques du covid-19 se font ressentir sur ces Maîtres de classe ainsi que tant d’autres couches sociales.


Nana Sékou CAMARA

628 71 47 24