Guinée : « Des litres de gas-oil versés sur ces poulets pourris à la décharge » (Vétérinaire)

0
577

Conakry, Guinée : On en sait un peu plus ce qui s’est passé entre Enta Nord jusqu’à la décharge de Dars-es-salam sur plusieurs conteneurs de poulets surgelés impropres à la consommation.

Selon une source proche des services vétérinaires du ministère de l’Elevage, ces conteneurs saisis par les Services spéciaux de Tiegboro Camara, ont été escortés jusqu’à la décharge, soit plusieurs kilomètres. Puisque l’odeur nauséabonde qui se dégageait de ces cargaisons avait alerté tout le quartier à Enta.

« A Concasseur, les services chargés de l’opération ont ouvert les trous, en présence des agents, ont mis les poulets dans ces trous et mis du gas-oil là-dessus pour décourager les gens à venir chercher ces poulets. Avant la fin de l’opération, les gens étaient à l’affût, ont jeté des pierres sur ceux qui sont allés enfouir ces quantités de poulets » nous explique-t-on.

Évitez les poulets 🐓 bon marché pour la fête Quand on vous dit ce gouvernement n’est pas sérieux en voici la preuve. Les poulets 🐓 pourris saisis avec les commerçants au lieu de les incinérer, il les ont déposé à ciel ouvert au dépotoir de Dar Esalam La suite se passe de commentaire

Posted by Éveil Guinee Page on Wednesday, May 20, 2020

Dès que les services du Ministère de l’Elevage ont été informé de la saisie de cette importante de produits impropres à la consommation humaine, « les instructions » ont été données au directeur communal des services vétérinaires de Matoto de procéder à la destruction des dites quantités. Généralement, des excavations sont faites en dehors de Conakry et les aliments pareils sont enfouis dans des trous, après dépôt d’une couche de la chaux.

Chez nos confrères de Guinéenews, le Secrétaire général à la Présidence chargé des Services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé se met à distance de ce qui se passe.

« Notre rôle s’arrête à la saisie et à la sécurisation du trajet pour remettre à d’autres entités. L’incinération appartient donc à ces services. Ce sont :  le ministère de l’Environnement, le ministère du Commerce, le ministère de l’Elevage et le ministère de la Santé. C’est tout cet ensemble qui entre en jeu. Et ce sont eux qui ont charge de nous dire qu’ils ont des fouilles à tel endroit. Ils les envoient là-bas et les incinèrent » note-t-il.

« Normalement la destruction se fait en dehors de Conakry. On ne pas ce qu’il s’est passé » poursuit notre source qui, à l’en croire, un rapport doit être déposé sur la table du ministre de l’Elevage.

Notre source témoigne que plusieurs fois, dans certaines zones, dès que les populations riveraines constatent que des excavations sont faites pour y déposer quelques quantités d’aliments impropres, elles restent aux aguets. Dès le départ de la mission, elles déterrent tout. Certains n’attendent pas que l’opération d’enfouissement prenne fin, ils jetent des pierres à l’équipe pour se servir.

« Une fois à Concasseur, je me rappelle bien qu’un collègue a été victime de jets de pierres » dit notre interlocuteur, en congés.

Sur le dossier en question, des zones d’ombre persistent. Le contenu des deux conteneurs a-t-il été déversé à la décharge de Dar-es-salam? Au regard de tout ce passé difficile dans ce type d’opération, pourquoi l’enfouissement n’a pas eu lieu en dehors de Conakry?

Nous y reviendrons…