Vive tensions à Kankan après l’assassinat d’un jeune

0
818

Kankan, Guinée : la situation est tendue depuis ce matin entre jeunes manifestants et policiers au centre ville de kankan à la suite de la mort d’un jeune nuitamment.

Environ une centaine de jeunes est dans les rues pour se rendre justice. Ils veulent à tout prix la peau d’un délinquant qui a ôté la vie d’un jeune dans  la nuit du vendredi au Samedi. 
Tout a commencé, selon les propos de certains témoins rencontrés sur le lieu par la mort du jeune Ibrahima sory DIALLO.

« C’est une bande très reconnue dans ce quartier qui s’est rendue dans un café bar où la moto d’un client venu jouer au loto était visée. Aussitôt informé, le parieur s’est mis dans tous ses états avant d’être assommé par des coups de bâtons. Alors que son père livrait ce combat avec les bandits, son fils arriva à extraire la moto des lieux et à interpeller d’autres jeunes du quartier. Ironie de sort, Ibrahima sory Diallo confortablement assis avec ses amis quitta pour se joindre à l’équipe des jeunes. Aussitôt arrivé, un bandit avec lequel il aurait des antécédents, l’aperçoit et le poignarde froidement au ventre » explique-t-on.

Admis aux urgences, il succombera finalement à ses blessures quelques heures plus tard.


Remontés par cette nouvelle tragique, de nombreux jeunes ont investi les rues ce matin. Ils se sont attaqués à la famille de l’assassin présumé, saccagé et mis le feu au bar à café où tout a commencé.

Le Maire et la police tentent pour le moment d’apaiser la colère des manifestants mais la situation est toujours tendue. Les jeunes réclament à la police la restitution de deux téléphones et une Somme de 500 000 FG qu’un policier aurait pris avec deux jeunes hommes qui viennent d’être relâchés après des tirs à gaz lacrymogènes. 

Sous le choc, Mr Sékou Amadou Diallo s’en remet à la volonté des autorités et celle de Dieu.

« La justice a dit qu’elle s’investira pour dire toute la vérité et j’espère sinon demain ça sera un autre citoyen » espère-t-il.


Dans sa tentative d’apaiser la colère des manifestants, le chef de quartier Fadama Kourouma rassure que trois de ces bandits sont déjà dans les mains des gendarmes.

« Nous continuerons les investigations pour traquer tous les autres et ils paieront au prix de leur forfaiture » promet l’élu.


Juste avant que nous quittions les lieux, les jeunes font toujours face aux forces de l’ordre tout en réclamant le corps du jeune qui se trouve à la Morgue de l’hôpital régional de kankan.