Présidentielle : Dr Dansa Kourouma exhorte la CENI « à respecter la date » proposée

0
544

Conakry, Guinée : la société civile guinéenne trouve légale la décision de la CENI qui a proposée, la date du DIMANCHE 18 OCTOBRE 2020 comme jour du scrutin pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2020. 

Selon Dr Dansa Kourouma du CNOSC cette date correspond au délai d’organisation des élections présidentielles.

«Je précise que c’est une décision qui est légale, parce que ça fait partir des prérogatives de la CENI de proposer une date pour les élections…C’est une décision qui a été prise par la majorité des commissaires. Deuxième argument en faveur de la légalité, c’est que ça correspond au délai légal de l’organisation des élections. Parce l’élection présidentielle c’est 60 jours où 90 jours avant la fin du mandat du président de la République donc nous sommes dans ce délai » précise le président du CNOSC.

Pour Dr Dansa Kourouma le plus important c’est le respect de la date de ces élections.

 «Ce qui me semble le plus important, il faut que la CENI s’engage solennellement à respecter la date de ces élections parce que rien ne sert à fixer les dates et ne pas avoir les moyens matériels, financiers et humains pour organiser des élections. Donc je crois que comme c’est un nouveau leadership, c’est une CENI qui est à 80% jeunes donc je crois qu’ils seront en mesure de faire différemment que les autres CENI qu’on a connus dans ce pays »

Le président du CNOSC invite les acteurs politiques à prendre des initiatives en faveur du dialogue qui a été proposé pour la tenue des élections libres et transparentes

« Nous demandons aux acteurs politiques chacun en ce qui le concerne, de prendre des initiatives en faveur du dialogue proposé. Parce que c’est tout à fait important que l’organisation d’élection aussi importante que la présidentielle soit précédée par un environnement beaucoup plus apaisé pour que les élections soient inclusives. La dernière observation, je m’adresse au gouvernement, il faut que la totalité du budget électoral soit mis à la disposition de la CENI pour qu’elle soit capable d’organiser les élections acceptées de tous » souhaite Dr Dansa Kourouma.

Oumar Camara pour guineetime.com