La date de la présidentielle dérange l’Association des victimes du Camp Boiro

0
310

Conakry, Guinée : La date du 18 Octobre ne dérange pas que seulement l’opposition politique. Elle fait aussi l’objet de critiques de la part de l’Association des Victimes du Camp Boiro.

En effet cette association juge mal indiquée que cette date soit proposée par la CENI pour la tenue du premier tour de l’élection présidentielle car dit-elle, ce 18 Octobre est une journée commémorative au cours de laquelle tous les Guinéens doivent se souvenir.

Le 18 octobre 1971, plusieurs guinéens ont été pendus à l’époque à travers tout le pays. L’ancien député uninominal de l’UFDG de la préfecture de Dinguiraye trouve inconcevable que le 18 octobre sois choisie par l’institution en charge d’organiser les élections en Guinée pour organiser l’élection présidentielle.

« Quand on sait qu’une élection présidentielle qui a des formes d’empoignades et de troubles dans le pays, il est vraiment inconcevable que l’on utilise cette date qui devrait être comme nous on l’a souhaité, une date de commémoration pour le peuple de Guinée pour demander pardon à toutes ces victimes innocentes » a-t-il tenu à rappeler.

Bien que cette date commémorative par l’AVCB ne soit pas nationale, ce proche d’une victime souhaite que lumière soit faite sur cette période sombre de l’histoire du pays.

« Ce 18 Octobre, c’est à nous de signaler ce qui s’est passé et réclamer une commission vérité, justice et réconciliation qui permet au peuple de Guinée de savoir ce qui s’est passé pendant ces différentes périodes et que l’on puisse aujourd’hui, simplement se réconcilier sur la base des principes » souhaite Fodé Maréga.

Un projet de loi a été déjà dressé sous l’égide des religieux pour qu’il y ait une commission justice vérité et réconciliation sur les crimes commis à l’époque du premier régime. Mais jusqu’à nos jours, il traîne encore, regrette ce député.

« Nous disons que c’est une bataille qui continue et nous ne voulons pas rester comme ça les bras croisés alors que ce sont les dates qui sont à commémorer (…) Pour nous, cette commémoration a toujours été faite et elle se fera » martèle Fodé Bocar Maréga de l’Association des Victimes du Camp Boiro. Cette organisation commémore les 25 Janvier et le 18 octobre de chaque année avec des cérémonies de recueillements, de sacrifices et de dépôt de gerbe de fleurs à la mémoire des disparus de 1971.

Moise Rama Fils