N’Zerekoré : voici le contenu du pacte social scellé entre les communautés

0
533

N’Zerekoré, Guinée : La place des martyrs de N’zerekore a connu une grande mobilisation des patriarches, des responsables administratifs et locaux de la région forestière.  Après la conclave à la résidence privée du patriarche molou Horomo Zogbelemou dans le quartier Belle-vue,commune urbaine de N’zerekore, c’est le tour de la place des martyrs d’accueillir les 7 patriarches et leurs conseillers.

Le porte parole des sages de la forêt avant de dévoiler le contenu des résultats du conclave a tout d’abord souhaité la bienvenue à tous ceux qui se sont déplacés de près ou de loin. 

« La Guinée forestière, malgré sa diversité et linguistique, ses richesses en potentialités humaine, géographique, agricole, minière, commerciale et hydrologique, demeure la région la plus pauvre en République de Guinée. Considérant qu’on ne peut investir dans une zone en conflit  permanent, les patriarches adopte le pacte de non agression et de cohabitation pacifique des groupes sociaux vivant en Guinée forestière signé le 19 novembre 2013. Ils exigent l’application de la convention de bon vivre ensemble entre les communautés, ils condamnent de façon collective tout comportement discriminatoire et toute manifestation ethnique dans notre région forestière », indique David massa Zogbelemou. 

Les sages en conclave

« Le respect de l’autorité du patriarche car tous les groupes s’accordent que l’autorité coutumière est inviolable. Le patriarche est indépendant de la politique et l’administration Il est la haute autorité coutumière de tous les groupes sociaux et a droit aux honneurs. Renforcer le rôle régalien de l’Etat, la non instrumentalisation des structures des femmes et des jeunes par certains partis politiques »,  sont entre autres les recommandations.

Lire aussi : Conflits Kpèlè-Konianké : les patriarches de la Forêt en conclave

Les patriarches par la voix du porte parole massa Zogbelemou suggère le « retrait des donzos » du corridor de sécurité et leur interdiction de participer dans la gestion des conflits internes, exhorter les populations à la dénonciation des détenteurs  des armes à feu, identifier les fabrication d’armes légères, l’interdiction de détention illégale d’armes à feu, lutter contre la consommation abusive de l’alcool  et de ses dérivés.

L’on note également dans les recommandations l’interdiction formelle d’utiliser les jeunes du village et périphérique à des fins de violence, Refuser l’arbitrage de certains fils ressortissants porteur de messages de déstabilisation et de division, l’ ouverture d’une enquête sérieuse en vue de traquer les présumés auteurs des crimes et des dégâts matériels causés aux innocents ainsi que de leurs complice et commanditaires pendant les événements et traduire en justice les fauteurs de troubles et propos incendiaires  » à martelé le porte parole.

Jules Lamilé Kombadouno guineetime.info