Guinée : six femmes accusées de trafic d’enfants albinos

0
287

Conakry, Guinée : Sept enfants albinos et six dames ont été arrêtés par le commissariat de police de Dixinn, avant d’être conduits à la direction générale de l’Office de protection du Genre de l’Enfance et des mœurs. Ces dames accusées de maltraitance des enfants albinos ont été présentées à la presse ce jeudi 09 juillet 2020 à l’OPROGEM.

Selon la directrice générale adjointe de cette direction, c’est une pratique qui est condamnée par le Code pénal et le code de l’enfant.

« Depuis un certain moment, le ministère de la sécurité à travers l’OPROGEM et le comité national de lutte contre la traite des personnes ont engagé une lutte contre la traite des personnes, des femmes et surtout les enfants dans tous les commissariats centraux de la capitale. C’est dans cette optique que le commissariat central de Dixinn a interpellé ces femmes qui exploitent des enfants albinos le long des routes. Elles les exploitent afin de tirer profit au détriment de ces enfants et ça c’est un acte condamné par notre Code pénal et le Code de l’enfant. C’est pour cette raison, nous rassurons nos partenaires à travers le ministère de la sécurité et de la protection civile pour le combat que nous allons mener sans fin » affirme Marie Gomez, la directrice générale adjoint de l’OPROGEM.

Après leurs auditions, ces dames interpellées ont toutes reconnu les faits qui leur sont reprochés

Pour la nommée  Maciré, interpellée avec les enfants, leur interpellation a eu lieu à la Belle-vue où ils étaient en train de marcher

« Nous avions été arrêtés par la police, arrivés au poste, ils nous ont dit que c’était interdit de maltraiter les albinos. Je les ai répondu que je ne savais pas. C’est une vielle qui m’a donné des albinos d’aller mendier avec eux après on se partage les avantages. Parfois on gagne jusqu’à 200.000 Fg par jour » relate-t-elle.

Quant à la vieille Dame accusée, elle précise.

« On m’a donné les enfants pour que je les inscrive à l’école, comme il n’y a pas d’école en ce moment, c’est pourquoi je leur ai demandé d’aller mendier. Je reconnais l’acte et je ne le reproduirai plus » plaide Mariame Diallo.

La mendicité des enfants albinos, est depuis des lustres un fait anodin en Guinée. Alors que l’association de défense des albinos a toujours dénoncé le business des enfants albinos.