Rapatriement et Covid-19 : le ministre des AE explique les difficultés

0
346

 Conakry, Guinée : le ministre des affaires étrangères et des Guinéens de l’Etranger s’exprime sur la participation de la Guinée à la coordination et au suivi de l’effort de riposte sous-régional, régional.

Mais aussi l’assistance que le département apporte aux compatriotes bloqués à l’Etranger depuis la déclaration de cette pandémie. Mamadi Touré l’a fait savoir à travers un point de presse tenu ce vendredi à Conakry.

Avec la fermeture des frontières due à la pandémie de coronavirus dans le monde, la diplomatie guinéenne fait face à de nombreuses difficultés. Aujourd’hui, les contacts humains sont réduits et le travail diplomatique se fait à distance. Une situation qui n’est pas sans conséquence.

«C’est une situation inédite. Le travail diplomatique se fait aujourd’hui à distance, ce qui réduit beaucoup les contacts humains et c’est dans ce contact humain dans le corridor en dehors des salles de conférences que beaucoup de choses se négocient, que beaucoup de choses se disent. Donc, le fait qu’on n’a pas ce contact-là, ça un impact sur la diplomatie de tous les pays du monde » explique Mamadi Touré, ministre des affaires étrangères et des Guinéens de l’Etranger

Malgré cette fermeture des frontières, la Guinée s’emploie tout de même à rapatrier les compatriotes bloqués un peu partout dans le monde. Une opération qui accuse beaucoup de retard lié à la complexité des démarches à entreprendre aux préalables.

«Avant qu’ils ne quittent, il faut qu’on sache là où on va les héberger avec l’ANSS qui a des centres d’accueil. Il y a un nombre de 200 personnes qui sont imposées. Donc quand ce groupe vient, il faut qu’elles sortent de leur période de confinement pour qu’on puisse faire venir d’autres. Il y a beaucoup de ces pays limitrophes qui ont déplacé leurs compagnies nationales. Vous mettez le carburant, vous demandez l’autorisation de survol et d’atterrissage et vous allez prendre vos compatriotes et rentrer avec. Ou dans l’autre cas, on devait chercher des compagnies étrangères privées et financées par contrat. C’est un travail très long et les gens pensent qu’avec une baguette magique on va récupérer nos compatriotes » révèle le chef de la diplomatie guinéenne.

De Mai à juillet 2020, le département des Guinéens de l’étranger grâce au soutien financier de l’État et de ses partenaires, a rapatrié gratuitement une première vague de plus de 500 compatriotes bloqués dans 7 pays étrangers. Cette opération qui s’étendra dans beaucoup d’autres pays se poursuivra les prochains jours, a-t-il annoncé.

Oumar Camara