Littérature : El Hadj Mamadou Diaby dédicace ses premiers ouvrages

0
258

Conakry-Guinée: Le mercredi 9 septembre, le fils Diakanké du pays, El Hadj Mamadou Diaby, a dédicacé ses premiers ouvrages littéraires, édités par la maison d’édition Harmattan Guinée. Il s’agit de : Chronique d’une gouvernance familiale Diakanké et chroniques domestiques et influence Diakanké.

Deux œuvres à caractère religieux, éducatif et humoristique qui  illustrent une première explication des réalités internes à la famille et l’amour que l’auteur éprouve à ses ascendants tant sur l’aspect religieux et culturel. C’est aussi une manière pour lui  de tenter d’expliquer les traditions socioculturelles de la communauté Diakanké depuis des générations. Après des années de réflexion profonde, il a estimé qu’il est nécessaire de retracer la sociologie et l’enseignement religieux de cette grande tribu de l’ouest de la Guinée,

Pour éclairer l’opinion des lecteurs, l’auteur El Hadj Mamadou Diaby a exalté l’intérêt de l’écriture : « Avec l’écriture, on a la possibilité de revenir dans le passé, de se retrouver dans le passé et de corriger les erreurs  du passé, de se repentir. C’est un atout que l’écriture nous enseigne et plus d’inspiration », dit-il. S’agissant de ses motivations, l’écrivain a rappelé qu’il est redevable vis-à-vis de ses ascendants et ses descendants pour qu’il existe même après sa mort « les écritures immortalisent l’homme, c’est une question de redevabilité ».

Les deux ouvrages évoquent les enseignements reçus auxquels s’ajoutent certaines des observations essentielles et des interrogations aussi bien sur les phénomènes de la vie que sur l’environnement familial et socioprofessionnel. Ces ouvrages de 9 chapitres chacun parlent également du cousinage transcendant entre les différentes communautés guinéennes, l’histoire de démontrer les valeurs coutumières que les ancêtres nous ont léguées.

Prenant la parole, Alpha Oumar Diallo, membre de l’Association des écrivains guinéens, a exhorté les concitoyens de prendre la plume « afin d’expliquer aux générations futures l’histoire de notre nation », citant une assertion «  celui qui a planté un arbre aura contribué au développement de sa communauté. Celui qui a réalisé un banc et une table a apporté un plus à une école, mais celui qui a écrit un livre aura contribué au rayonnement de l’humanité ».

Amara Touré