CESEC : C’est parti pour la 2e session ordinaire !

0
308

Conakry-Guinée : La 2e session ordinaire du Conseil économique social, environnemental et culturel (CESEC) a officiellement démarré ce mardi 15 septembre à Conakry. C’est le ministre d’État, ministre chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

Au cours de cette session  les conseillers et conseillères tenteront d’achever les thèmes de la première session.

Pour Hadja Rabiatou Serah Diallo, présidente du CESEC, ce sont les mêmes thèmes de la première session qui continuent pour cette deuxième session. « Parce que nous ne les avons pas amendé, discuté et adopté. Donc, il faut aujourd’hui les 4  thèmes d’auto-saisine, mais vous savez qu’on a ajouté l’environnement et le culturel au niveau du Conseil économique et social. C’est à l’égard même de toute la sous-région, au niveau mondial, c’est Conseil économique, social, environnemental et culture. Donc, c’est pour cela que cette session ne fera que prendre en compte ce qui n’a pas été fait pendant la première session pour qu’on les amendes et qu’on les adopte », a affirmé la présidente du CESEC. Enfin, elle a invité les conseillers et conseillères à prôner la paix pendant cette période électorale.

Le ministre d’État, ministre chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles a indiqué que les recommandations de cette session sont attendues avec attention dans la conduite de la politique du président de la République. « Le conseil économique et social est très important et comme l’a dit la présidente, la nouvelle Constitution s’est intéressée à changer d’appellation en plus de l’économie et le social, c’est l’environnemental et le culturel. Toutes ces raisons, c’est un organe consultatif très utile pour l’Assemblée nationale et pour le président. C’est pour quoi à toutes les phases, je disais que nous attendons avec attention les recommandations qui sont très utiles dans la conduite de la politique du président de la République », a conclu le ministre Mohamed Lamine Fofana.

Oumar Camara