Koubia : « On a reconnu nos copies et cela reflète notre travail » (Candidat malheureux au BEPC)

0
486

Koubia-Guinée : Suite à la publication des résultats catastrophiques du BEPC pour Koubia, le préfet Mamadou Saidou Bangaya Diallo a mis en place  une commission dont il fait partie pour venir rencontrer ce mercredi 16 septembre l’inspecteur régional de Labé  afin de vérifier les copies et relevés de note de leurs enfants.

Après vérification, ils ont constaté que les copies de leurs candidats ont été corrigées et que la préfecture n’a guère était écartée de l’examen du brevet d’étude du premier cycle, comme le confirme le préfet lui même. 

« Nous avons commencé par les copies des deux candidats avec lesquels, nous sommes venus et ce, concernant toutes les matières. Ce qui ressort après ce contrôle, est que Koubia n’a pas été écartée de la compétition puisque toutes copies ont été corrigées. Ensuite prenant les mathématiques, nous avons constaté que presque tous les candidats n’ont eu que 02 sur 20 , en physique et chimie aussi la majeure partie n’a eu que 02 » explique-t-il.

« Sur les 191 au minimum, les 100 ont eu 02 dans ces trois matières. Ils n’ont pas pu s’en sortir également en dictée question. Il y’a des matières avec lesquelles certains ont eu 15 , 16 mais ces derniers se sont retrouvés avec 02 dans d’autres. Après les échanges et la vérification, nous avons pu nous rendre compte que koubia n’a pas été exclu, c’est la formation qui a manqué. Les élèves doivent redoubler d’efforts, les enseignants dispensent les cours normalement,  les encadreurs se concentrent davantage sur leur travail et la direction préfectorale de l’éducation aussi doit jouer son rôle.  L’éducation a régressé a koubia » , regrette le préfet, Mamadou Saidou Bangaya Diallo. 
L’un des candidats malheureux qui faisait partie de la commission de rencherir.

« Nous étions très inquiets, nous pensions que les copies de Koubia n’avaient pas été corrigées et le centre a été annulé. Mais non , nous avons vérifié ici .Maintenant, nous sommes rassurés que nos copies ont été corrigées. Nous sommes satisfaits car nous avons vu notre travail et nos propres copies on a reconnu nos copies et celà reflète notre travail » explique Mamadou Moustapha Balde.

S’exprimant à son tour, l’inspecteur régional de l’éducation de Labe a profité de l’occasion pour remercier l’APEAE de Koubia. « C’est l’occasion pour moi de dire merci à l’APEAE , qui grâce à elle les écoles ont fonctionné et le déficit d’enseignants. Si vous prenez le nombre de contractuels communautaires, c’est supérieur au nombre de contractuels d’enseignants  titulaires. Donc si  ce n’était pas l’APEAE , les écoles n’allaient pas fonctionner. Mais l’APEAE , n’est pas professionnelle. L’APEAE ne peut pas savoir quel est niveau de tel enseignant, est ce qu’il est bien, est ce qu’il n’est pas bien. Les titulaires même ont des problèmes. Maintenant ceux qui sont recrutés sur le terrain, quels problèmes ils ont. Donc quand on dit que les enseignants ont leur part de responsabilité par rapport à la baisse du niveau d’enseignement « , soutient Bato Donzo. 
Aissatou Diallo Labe pour guineetime