Présidentielle du 18 octobre : Les exigences de l’UFDG à la CENI concernant les PV

0
503

Conakry-Guinée: L’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de l’ancien Premier ministre, Cellou Dalein Diallo, candidat à la présidentielle de 2020, dit ne plus tomber dans le piège de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Selon les responsables du parti, la CENI a délivrée autrefois aux partis en compétitions des carnets en guise de procès-verbal qui n’ont eu aucune valeur aux yeux de la justice.

Pour cette fois, l’UFDG formule des exigences à moins d’une semaine du scrutin. M. Aliou Condé, vice-président en charge des questions politiques du principal parti de l’opposition attire l’attention de la CENI sur la transparence qui doit caractériser le processus électoral. « On doit savoir aujourd’hui si chaque candidat aura sa copie qui est lisible et qui est reconnue par la justice. Parce que c’est le piège qu’on nous a tendu lors des élections communales. Les résultats on été modifiés en cours de route et on a publié d’autres résultats. Nous, à partir des bureaux de vote, on a avait notre fiche de résultat qui nous donnait les vrais résultats. Et on va à la justice, elle nous dit non ! Qu’elle ne connaît pas ce résultat, qu’il n’est pas dans le code électoral. La justice avait dit que ces résultats n’avaient pas de valeur et leur a rejetés. C’est ce qui a emmené tout le brouhaha qu’on a vécu ces derniers temps. Des manifestations engendrées de morts d’hommes, on a perdu beaucoup de vies humaines àcause de ces PV. Je vous en prie ! Ne nous emmener pas encore dans cette histoire. Réglons ce problème. Si nous pouvons avoir les procès-verbaux en bon et du forme conformes à ce que la loi a dit et qui sont valables, c’est vraiment important »- a-t il plaidé M. Condé.

Le vice-président de l’UFDG annonce que plusieurs préoccupations sont encore insatisfaites, mais celle des procès-verbaux reste pour le moment la plus importante à ses yeux des responsables du parti.

La CENI, en guise de réponse, a promis de résoudre tous les problèmes évoqués avant le 18 octobre.
Moïse Rama Fils