Arrestation des activistes en Guinée : L’OGDH tire la sonnette d’alarme et dénonce la pratique.

0
183


Conakry- Guinée: Devant la presse ce mercredi 14 octobre 2020, l’Organisation Guinéenne de Défense de Droits de l’Homme s’est dit choquée des violations répétées des droits de l’homme dans le pays. Particulièrement, elle, condamne, l’arrestation de Saikou Yaya Diallo, un activiste du FNDC. Détenu à la Maison Centrale de Conakry depuis le 12 Mai 2020.

Alors que la justice guineenne lui ordonne la liberté provisoire, Saikou Yaya Diallo, croupi toujours en prison. une situation qui interpelle plusieurs organisations de défense des droits de l’homme. C’est le cas par exemple de l’OGDH qui qualifie cette arrestation d’arbitraire.

Abdoul Gadiri Diallo, Président de l’Organisation Guinéenne de Défense de Droits de l’Homme s’interroge sur cette détention.« En dépit de toutes les décisions de justice qui lui permettais d’être en liberté provisoire, on fait fie de tout ça et on continu de le garder en prison. Dans un tel pays, si on dénonce les comportements, est ce qu’on peut dire que c’est un manque de crédit pour  les organisations  qui en parle ? Moi je crois  que c’est tout ça le problème de la Guinée, pourquoi Saikou Yaya est en prison  jusqu’à présent ? Alors que toutes les décisions qui ont été rendues par les différentes chambres lui donnaient droit d’être en liberté provisoire. Pourquoi Foniké Mangué est en prison ? Pourquoi Condé est en prison ? On les arrête dans des conditions tellement rocambolesques. On a l’impression qu’on est dans un pays ou une mafia s’organise sans le contrôle de l’Etat, c’est ça aussi le problème de la Guinée », a dénoncé Abdoul Gadiri Diallo.

Néanmoins l’activiste des droits de l’homme, propose des solutions pour réparer dit il, cette violation flagrante.« D’abord, qu’on laisse la justice faire son travail et que les magistrats aussi fasse preuve de beaucoup de courages. Il ne sert à rien d’abdiquer devant ses responsabilités lorsque le pays est en péril. Il faut absolument que les magistrats sachent qu’ils ont une lourde responsabilité à la fois morale et historique face a toutes les dérives que la Guinée est entrain de vivre », a -t-il conseillé. 

Le procès de Sekou Yaya Diallo a démarré ce lundi 12 Octobre au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Après sa comparution, le tribunal a renvoyé l’audience au 9 novembre prochain. Rappelons que les faits reprochés à l’accusé remonte au 25 mars 2020. Ce jour-là, une certaine Aminata Traoré, avait été appréhendée alors qu’elle espionnait les leaders du FNDC, en conférence de presse au siège du PADES ,dans la commune de Ratoma. Après le relâchement de la jeune femme, elle a porté plainte contre Saikou Yaya Diallo pour menaces, injures, violences et voie de faits.
Moïse Rama Fils