Guinée : Le Réseau des Jeunes du Fleuve Mano dénonce l’instrumentalisation des enfants dans la campagne électorale

0
423

Conakry-Guinée: En cette période de campagne électorale, les enfants sont souvent utilisés dans les mouvements politiques révèle un constat. Interviewé ce mercredi 14 octobre 2020 par notre reporter, Abdourahamane Daïh Bah, coordinateur du réseau des jeunes du fleuve Mano en Guinée, déplore ce phénomène.

Avec de simples tee-shirts à l’effigie des candidats en lice pour la présidentielle, plusieurs mineurs se laissent manipulés puis trainer dans les manifestations de campagnes. C’est en quelques sortes la couleur de la période pré électorale à Conakry tout comme dans l’arrière pays. Une situation que déplore Abdourahamane Daïh Bah, coordinateur du réseau des jeunes du fleuve Mano en Guinée. 

« C‘est un constat vraiment alarmant, durant cette période de campagne nous avons tous fait le constat que les enfants sont impliqués dans les mouvements politiques et ce qui n’est pas normal puisque l’ensemble des textes de lois au niveau national, c’est à dire en Guinée, interdisent formellement l’implication des enfants dans tout qui est politique. Parce que le législateur guinéen dit pour voter, il faut avoir 18 ans et ce même législateur défini dans le code de l’enfant en son article premier que l’enfant est tout être humain âgé de moins de 18 ans donc c’est à ce niveau que ce trouve le paradoxe» indique Abdourahamane Bah.

Plus loin, l’activiste invite les autorités à tous les niveaux à faire respecter les textes de lois d’autant plus que les enfants représentent l’avenir du pays dit il.

« Dans nos démarches nous avons interpellé beaucoup de partis politiques qui sont en lice pour la présidentielle de 2020, nous les avons adressé des courriers, de ne pas impliquer les enfants mais ça toujours été le même constat et le hic est que même le parti au pouvoir qui dirige en ce moment  et qui est censé de faire respecter les textes de lois, implique d’abord les enfants dans les mobilisations et ceux de l’opposition en font de même.

A notre niveau nous avons élaboré quelques statiques que nous avons soumis au niveau de la sous-région mais aussi au niveau de toutes les institutions internationales qui font la promotion et la protection des droits de l’enfant en Guinée pour les interpeller. La Guinée a ratifié la convention internationale des droits de l’enfant celle de 1989 à Genève, nous avons même été le 14 ème pays au rang mondiale et le fait de ratifier cette convention veut dire que nous avons des devoirs envers les enfants puisque dans cette même convention, il est strictement interdit d’impliquer les enfants dans tout qui est politique», a expliqué, le coordinateur du réseau des jeunes du fleuve Mano en Guinée.


En tout cas, les responsables de cette plateforme interpellent les autorités à prendre leurs responsabilités.

Aïssatou Alhassane Diallo