Guinée: un chef militaire du camp samouréyah de Kindia, a été tué dans une attaque armée

0
238

Kindia-Guinée: C’est aux environs de 2h du matin que cette attaque violente est survenue. Selon nos informations, les assaillants lourdement armés seraient venues de l’extérieur du camp et leur motif n’est pas encore connu.

Contacté par notre rédaction ce vendredi matin, un journaliste basé dans la région, nous indique que les échanges de tirs ont durés plusieurs heures aux alentours du camp militaire de Samouréyah. C’est au cours de ce violent affrontement dit il, que le commandant du ce camp militaire a été tué.

 Pour le moment le calme est revenu à Kindia, première région militaire du pays, l’armée a repris le contrôle selon un communiqué du ministère de la défense nationale. Le même communiqué indique que c’est le colonel Mamadi Condé , Commandant du camp de Samoureyah qui a tété tué. selon le responsable des forces spéciales ,les assaillants ont été neutralisé à coyah car dit il, ces assaillants s’apprêtaient à descendre aussi sur Conakry, la capitale guinéenne. Il semblerait visiblement d’une mutinerie militaire qui a été étoffé. D’ailleurs, des militaires sont postés au grand carrefour qui mène au camp qui a fait l’objet d’attaque. Mais ils n’ont pas l’aire de plaisanter . Aussi, on peut apercevoir des blindés de l’armée en bande de lierre aux encablures de la zone attaquée. selon des indiscrétions certains prisonniers se sont évadé avec des armes.

Coïncidence ou mécontentement spontané, en tout cas un autre groupe miliaire aurait érigé des barricades ce matin dans les grands carrefours de kaloum, centre administratif de Conakry, la capitale guinéenne. L’accès à la ville a été bloqué   aux automobilistes, piétons et même les diplomates accrédités auprès de l’Etat Guinéen.

Parallèlement, le domicile de l’opposant Sidya Touré a aussi fait l’objet d’une attaque dans la nuit de jeudi à vendredi. De quoi s’inquiété pour la suite des évènements d’autant plus que la présidentielle de Dimanche s’annonce sous fond de violence.

 Saloum Condé