Présidentielle en Côte d’Ivoire : un scrutin sous tension

0
286

Après une campagne tendue, les Ivoiriens sont appelés aux urnes ce samedi. Face à Alassane Ouattara, candidat à un troisième mandat, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ont appelé au « boycott actif », tandis que Kouadio Konan Bertin a décidé de ne pas quitter le processus électoral. Suivez en direct cette journée de vote.

• Quatre candidats officiellement en lice : Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Pascal Affi N’Guessan et Kouadio Konan Bertin sont les quatre candidats retenus par le Conseil constitutionnel, qui a écarté les dossiers de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, Marcel Amon Tanoh ou Albert Mabri Toikeusse

• « Boycott actif » de deux candidats : Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ont lancé un appel au « boycott actif » du vote, et demandé à leurs militants  « d’empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin ». 

• 7,5 millions : c’est le nombre d’électeurs appelés aux urnes. Mais, selon la Commission électorale indépendante (CEI), au terme de la période officielle de distribution des cartes d’électeurs, à peine plus de 41 % d’entre elles avaient été retirées (les électeurs peuvent encore le faire aujourd’hui, dans leurs bureaux de vote respectifs).

• Violences meurtrières : les dernières semaines de campagne ont donné lieu à des affrontements dans plusieurs villes du pays, où les violences politiques sur fond de tensions intercommunautaires ont fait, depuis le mois d’août, une trentaine de victimes.

Suivez l’évolution de la situation en direct, avec nos correspondants en Côte d’Ivoire (les heures sont données en GMT). 


12h50 – Tension dans plusieurs quartiers de Yamoussoukro

Selon plusieurs témoignages, la situation se tend dans certains quartiers de Yamoussoukro, la capitale, où des incidents ont eu lieu vendredi. Des barricades, enlevées par les forces de l’ordre dans la matinée, sont de nouveau installées.

La police a fait usage de gaz lacrymogène dans le quartier de Morofé. « Il y a du monde dans les gares de transport. Sur l’artère principale de la ville, certains jeunes sont armés de gourdins », témoigne un habitant.

12h35 – Situation contrastée à Koumassi

D’un lieu de vote à l’autre, l’affluence est contrastée à la mi-journée à Koumassi. À l’école Saint-Thérèse, les bureaux de vote sont déserts. Dans l’un d’eux, seuls une vingtaine de votants sur 400 inscrits ont fait le déplacement.

Mais la situation est très différente à l’école Mondon, qui est aussi le plus important centre de vote de la commune. Sur 4 000 inscrits, la moitié aurait voté à la mi-journée selon Abdourahmane Guindo, conseiller municipal RHDP.

Mis à jour le 31 octobre 2020 à 13h56

Une femme vote, à Abidjan, lors de la présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020.

Après une campagne tendue, les Ivoiriens sont appelés aux urnes ce samedi. Face à Alassane Ouattara, candidat à un troisième mandat, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ont appelé au « boycott actif », tandis que Kouadio Konan Bertin a décidé de ne pas quitter le processus électoral. Suivez en direct cette journée de vote.

• Quatre candidats officiellement en lice : Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Pascal Affi N’Guessan et Kouadio Konan Bertin sont les quatre candidats retenus par le Conseil constitutionnel, qui a écarté les dossiers de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, Marcel Amon Tanoh ou Albert Mabri Toikeusse

• « Boycott actif » de deux candidats : Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ont lancé un appel au « boycott actif » du vote, et demandé à leurs militants  « d’empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin ». 

• 7,5 millions : c’est le nombre d’électeurs appelés aux urnes. Mais, selon la Commission électorale indépendante (CEI), au terme de la période officielle de distribution des cartes d’électeurs, à peine plus de 41 % d’entre elles avaient été retirées (les électeurs peuvent encore le faire aujourd’hui, dans leurs bureaux de vote respectifs).

• Violences meurtrières : les dernières semaines de campagne ont donné lieu à des affrontements dans plusieurs villes du pays, où les violences politiques sur fond de tensions intercommunautaires ont fait, depuis le mois d’août, une trentaine de victimes.

Suivez l’évolution de la situation en direct, avec nos correspondants en Côte d’Ivoire (les heures sont données en GMT). 


Selon plusieurs témoignages, la situation se tend dans certains quartiers de Yamoussoukro, la capitale, où des incidents ont eu lieu vendredi. Des barricades, enlevées par les forces de l’ordre dans la matinée, sont de nouveau installées.

La police a fait usage de gaz lacrymogène dans le quartier de Morofé. « Il y a du monde dans les gares de transport. Sur l’artère principale de la ville, certains jeunes sont armés de gourdins », témoigne un habitant.

12h35 – Situation contrastée à Koumassi

D’un lieu de vote à l’autre, l’affluence est contrastée à la mi-journée à Koumassi. À l’école Saint-Thérèse, les bureaux de vote sont déserts. Dans l’un d’eux, seuls une vingtaine de votants sur 400 inscrits ont fait le déplacement.

Mais la situation est très différente à l’école Mondon, qui est aussi le plus important centre de vote de la commune. Sur 4 000 inscrits, la moitié aurait voté à la mi-journée selon Abdourahmane Guindo, conseiller municipal RHDP.

Lors de l'élection présidentielle ivoirienne, le 31 octobre 2020, à l’école Mondon, plus important centre de vote de Koumassi, à Abidjan.

Ces dernières semaines, le quartier d’Anono, situé dans la commune de Cocody, a été le théâtre de violences sporadiques. Ce samedi, l’affluence est faible. À la mi-journée, le bureau numéro 8 de l’EPP Sogofiha n’avait reçu que 11 électeurs sur les 450 inscrits.

12h50 – Tension dans plusieurs quartiers de Yamoussoukro

Alassane Ouattara vient de voter, le 31 octobre 2020, lors de la présidentielle ivoirienne.

Le président Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession, a voté ce matin au bureau de vote de Sainte-Marie, dans la commune de Cocody (Abidjan), aux environs de 11h30 GMT. Il était accompagné de son épouse et a prononcé une brève déclaration face aux journalistes présents.

« Le vote se déroule bien et les Ivoiriens sont sortis nombreux pour voter, a-t-il assuré. Je viens d’accomplir mon devoir civique et je demande à tous mes concitoyens épris de paix et de patriotisme d’aller voter. C’est un jour important pour la démocratie. » Et d’ajouter : « J’en appelle à ceux qui ont lancé ce mot d’ordre de désobéissance civile, qui a conduit à des morts d’hommes : [il faut] qu’ils arrêtent parce que la Côte d’Ivoire a besoin de paix. Ce sont des actes criminels et il faut que cela cesse. [Il faut] dire à nos jeunes de ne pas se laisser manipuler car il s’agit de leur avenir. »

« Ce matin, des jeunes ont tenté d’empêcher les opérations. Le responsable de la CEI sur place a été agressé. Nous avons dû attendre l’arrivée des forces de l’ordre », explique un représentant de la commission électorale.

JEUNE AFRIQUE