Paysage politique : Le mouvement « Guinée avant tout » pour le bipartisme en Guinée

0
194

Conakry-Guinée : Les élections en Guinée sont toujours sources de tension et cela se matérialise aujourd’hui par la monté en puissance de l’ethnocentrisme. Pour lutter contre ce phénomène, ils sont nombreux ces Guinéens qui pensent qu’il faut bannir le multipartisme et instaurer le bipartisme. C’est le cas des responsables du Mouvement « Guinée Avant Tout ». Ils ont organisé ce mercredi 11 novembre une conférence de presse autour du thème: « Face aux défis du combat pour le bipartisme en Guinée ».

M. Aboubacar Sidiki Kaba, vice-coordinateur du mouvement « Guinée avant tout », a planté le décor. « Vous savez le mouvement Guinée avant tout a des objectifs bien précis. C’est pour un changement du système politique guinéen parce que nous avons constaté que depuis le multipartisme en Guinée, il y a des exactions et souvent des crises post-électorales. Donc, au niveau du mouvement Guinée avant tout, nous avons réfléchi à tous ces problèmes et après une analyse profonde et critique sur la situation, nous avons trouvé que le multipartisme est un système qui nous a été imposé et depuis là, la Guinée ne se retrouve pas. Nous voulons bannir ce système, nous voulons trouver un système qui nous est adéquat. C’est pourquoi, nous voulons que la Guinée adhère au bipartisme », affirme M. Kaba.

Le président du CNOSCG, Dr Dansa Kourouma,  croit et adhère à ce projet du mouvement « Guinée avant tout ». Selon lui, avec le bipartisme les masques de l’ethno-stratégie vont laisser la place aux projets de société. « En tant que société civile, après avoir examiné les trente années de démocratie et de multipartisme en Guinée, on s’est rendu compte que les maux les plus importants de la société guinéenne sont induits par ce multipartisme. Quand vous regardez les chiffres des différentes élections de 2010 à nos jours, vous vous rendez compte qu’il y a deux partis qui se partagent les 90% de l’électorat. Nous sommes tous convaincu qu’à chaque élection au lieu que les idées ne s’affrontent, ce sont des hommes qui s’affrontent, ce sont des ethnies qui s’affrontent », déplore-t-il avant de poursuivre : « Je lance donc un appel à tous ceux qui me croient, la solution du problème de la Guinée, c’est le bannissement du multipartisme et l’instauration d’un bipartisme. C’est la dissolution des « partis entreprises » et la mise en place des partis institutions, des partis qui incarnent une certaine valeur sociale qui respectent la diversité ethnique, linguistique, sociologique et avec des visions politiques clairement établies.

Oumar Camara