Réunification des deux SLECG : Les conditions d’Aboubacar Soumah

0
205

Conakry-Guinée : Les démarches ont débuté afin d’unifier les deux SLECG (d’Aboubacar Soumah et de Kadiatou Bah) cela dans le but de tenir la promesse qui avait été faite le jour du symposium de feu Louis M’Bemba Soumah, père fondateur de ce syndicat. Une commission Ad ‘Hoc dirigée par l’ancienne ministre du travail, Joséphine Guilao, a rencontrée Aboubacar Soumah dans sa première prise de contact, ce mercredi 18 novembre dans les locaux dudit syndicat sis à Donka.

 Les choses évoluent bien, dit-elle et une volonté d’unité laisse entrevoir les jours prochains l’unification des deux SLECG. « On a pris un premier contact avec le bureau exécutif du SLECG pour savoir effectivement si telle était sa volonté en ce qui concerne qui d’entre eux veut un seul Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée. On est à cette phase. Parce que l’autrefois Soumah a parlé au Palais, mais il a été pris au dépourvu. Maintenant, il faut qu’on ait le point de vue de son bureau exécutif par rapport à cela. On a eu la chance sur les 31 membres, 28 étaient présents (…). Ils veulent tous un seul central syndical, c’est déjà important. Maintenant, la question est de savoir qui va rejoindre qui ? Cela dépendra de la planification qu’on fera. Ce n’est pas une course de vitesse, c’est une course de fond. Je pense qu’en tentant cela, ce n’est que dans l’honneur du monde de l’éducation », a espéré Mme. Guilao. 

La commission ad’hoc mise en place à l’effet de réunifier le mouvement syndical guinéen miné par une crise sans précédent conférera le vendredi 20 novembre avec le SLECG de dame Kadiatou Bah. Aller vers un seul Syndicat des Enseignants Libres et Chercheurs de Guinée, Aboubacar Soumah déclare qu’il ne trouve aucune objection à cela et dit tendre la main à l’autre fraction afin de mener le même combat qui n’est autre que l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants guinéens. « Aujourd’hui, nous avons abordé les premières questions, nous avons donné certains détails puisque nous avons aussi la volonté d’aller dans le sens de la réconciliation avec cette faction. Nous leurs (la commission, ndlr) avons fait comprendre qu’il n’y a pas deux SLECG, mais un seul. Mais comme vous l’aviez constaté, au cours du mouvement syndical que nous avions engagé, cette faction tenait des propos contre nos décisions. C’est ce que nous avons exprimé à la délégation et la faire comprendre que nous, nous voulons travailler avec tout le monde, mais faut-il travailler aussi avec des syndicalistes qui jouent pleinement leur rôle qui est de défendre les intérêts moraux et matériels des travailleurs », a indiqué le numéro du SLECG avant de poser ses préalables. « Un syndicat ne doit pas être le porte-parole du gouvernement, un syndicat est le porte-parole des travailleurs. Donc, si les camarades qui sont dans cette autre faction sont prêts à renoncer au rôle qu’ils jouaient avant, nous sommes prêts à leur tendre la main et continuer le combat » a fait savoir le Camarade Aboubacar Soumah.

Il faut noter que cette commission Ad ‘hoc est composée d’anciens ministres tels que Dr Ousmane Souaré, ancien ministre de l’Education, Kabinet Komara, ancien Premier Ministre, Hadja Rabiatou Serah Diallo, actuelle Présidente du CESC et le secrétaire général de la CNTG, Amadou Diallo.

Moïse Rama Fils