Renvoi du délibéré du procès Foniké Mangué : le Collectif des avocats de la défense souhaite une justice aux « mains libres »

0
81

Conakry-Guinée : Il a fallu 10 secondes seulement pour la présidente du Tribunal correctionnel de Mafanco, Djeinaba Donghol Diallo, pour prononcer le renvoi pour le 28 janvier 2021 du délibéré dans le dossier Oumar Sylla alias Foniké Mangué. Une décision qui n’est pas passée sous silence du côté du Collectif des avocats de l’activiste et membre du FNDC. Ils dénoncent tous une main noire derrière l’affaire.

« Aujourd’hui, on pouvait s’attendre à tout sauf un prorogé de délibéré. La décision devrait être rendue aujourd’hui, cela ne pouvait être que sa remise en liberté parce que les faits ne sont pas établis. Nous entrevoyons quoi derrière tout ça ? C’est que finalement ? Le doute s’installe. Est-ce que les mains sont libres ? Est-ce que le Tribunal serait libre dans cette affaire ? Nous nous posons ces questions, il faut attendre qui pour rendre son verdict ? Il faut attendre quoi pour un dossier aussi simple, aussi banal, aussi vide que celui-là. Qu’est-ce qu’il faut attendre ? », s’interroge Me Salifou Béavogui.

Poursuivant, Me Salifou Béavogui martèle que ce renvoi prononcé par le tribunal est sans justificatif. « Il n’y avait pas de raison que ce dossier soit reporté, je n’en vois pas en tout cas si ce n’est que dans le souci de le maintenir en prison. Mon souhait est que dans cette affaire que la justice ait les mains libres. Parce que tout peut bien se passer tant qu’il n’y ait pas une certaine instrumentalisation. Et je crois que cela ne pourrait pas arriver dans cette affaire et qu’il (Foniké Mangué ndlr) peut être libéré », insiste-t-il.

L’attente avec un espoir à la clé est la seule alternative évoquée par cet avocat visiblement en colère. Il parle d’injustice : « Malheureusement, notre client retourne encore  en prison pour deux (2) semaines. L’affaire est renvoyée au 28 dans la plus grande simplicité, dans la plus grande banalité. Ça, c’est révoltant, mais c’est inquiétant pour nous. Toutes les façons, nous, nous sommes des demandeurs de justice et nous estimons que notre client est victime d’injustice. Il (Oumar Sylla alias Foniké Mangué, ndlr) va prendre son mal en patience et attendre. Nous allons attendre », a laissé entendre Me Salifou Béavogui.

Habillé dans une tenue traditionnelle,  tissu  foret sacrée, comme à son habitude, appuyé par son traditionnel bonnet et une lunette de soleil, Oumar Sylla alias Foniké Mangué reste toujours droit dans ses bottes. Dès sa rentrée dans la salle d’audience, il a aussitôt clamé le fameux slogan : «Camarade salut !»

Moise Rama Fils depuis le TPI de Mafanco