Kankan : le prix du sac de riz grimpe…

0
1303

Kanka, Guinée : les prix des denrées de première nécessité connaissent une hausse selon notre constat.

Si dans les années antérieures, les commerçants de la ville, avaient pour habitude de profiter du mois de Ramadan pour surfacturer les denrées alimentaires, cette année, l’occasion n’est pas unique.

Les mesures drastiques prises par les autorités du pays pour faire face à la propagation du covid-19, donnent également la longitude à ces commerçants.

Au marché Sogbè en passant par les grandes boutiques du centre-ville jusqu’au grand Marché de la commune urbaine de kankan, les prix de ces denrées suivantes connaîssent une augmentation remarquable. 

Le prix du sac de Riz (ciao) est passé de 285 000 fg à 310 000 fg, Le  »riz blanc » qui se négociait à 245 000 fg, se négocie aujourd’hui à 250 000 fg. Le prix du sac de Sucre est aussi passé de 340 000 fg à 360 000 fg.


Rencontré au cœur du Marché Sogbê, Thierno Mamadou BAH, marchand de denrées de première nécessité nous explique la situation.

« Nous prenons ces marchandises avec des commerçants import/export qui ont tout augmenté sous l’influence du covid-19. Nous, au niveau local,  sommes obligés de faire la même chose.  Il faut que les clients nous comprennent, ce n’est pas de notre faute ».


Djamounou KONATE, mère de famille de 5 enfants, était venue s’acheter un sac de Riz chez M.BAH, elle est perplexe.

« Ce qui m’inquiète, c’est le temps que prendra cette pandémie. Et bientôt le mois de Ramadan, de la manière que les choses sont chères, je me demande, comment allons-nous nous en sortir? » S’est elle interrogée.

« Il faut que l’Etat nous vienne en aide. Même si ce n’est qu’un seul sac de riz, ça nous fera plaisir » pleurniche cette dame.


En plus des mesures sanitaires proposées par les autorités pour vaincre le coronavirus, les citoyens de Nabaya intensifient de nos jours les prières pour que ce virus s’éloigne de nos frontières. Et une fois cela, chacun espère que le prix des denrées de première nécessité diminuera. Comme « en attendant Godot ».


Depuis kankan, Nana sékou CAMARA

628 71 47 24