samedi, mai 18, 2024

Covid-19 : 51 % de contaminations par semaine en Afrique de l’Ouest dont la Guinée

Conakry, Guinée : le rythme de contaminations au nouveau coronavirus inquiète les Guinéens. Près de 2000 cas positifs sont enregistrés à date avec une dizaine de décès officiels. En Afrique subsaharienne, la pandémie progresse à un rythme accéléré.

A Conakry comme ailleurs dans le monde, les affres du nouveau coronavirus dominent les débats et occupent l’actualité internationale. Depuis la confirmation du premier cas de covid-19, les Guinéens scrutent, au quotidien, le tableau de l’ANSS. Au fil des semaines, le constat affole : le rythme de contaminations pour la Guinée qui a notifié son premier cas après Dakar, est très accéléré. Le pays d’Alpha Condé compte à date 1811 cas positifs, 498 guéris, 10 cas décès pour 6207 tests réalisés, selon les chiffres de CDC Africa. Le Sénégal, quant à lui, enregistre 1329 cas positifs, 470 guéris, 11 morts et 17 981 tests réalisés.

Selon cette institution de l’UA, le rythme de contaminations en Guinée est à l’image de la région l’Afrique de l’Ouest en général avec +51 % de contaminations par semaine et 58 % pour l’Afrique centrale. L’Afrique subsaharienne compte ce mercredi près de 13 500 cas positifs au covid-19, contre 4578 cas pour l’Afrique centrale et 18 452 pour l’Afrique du Nord.

Selon CDC Afrique, un nouveau rapport publié mardi 5 Mai met les données en temps réel sur la santé et le sentiment du public entre les mains des décideurs. Le rapport intitulé  Répondre à COVID-19 en Afrique: utiliser les données pour trouver un équilibre comprend des données inédites pour adapter la réponse à la pandémie de COVID-19 aux besoins et capacités locaux en Afrique.

Les principales conclusions dudit rapport montrent les limites du système d’information dans les pays africains et les craintes pour les citoyens vis à vis du confinement.

« Un tiers (32%) des personnes interrogées ont déclaré ne pas disposer de suffisamment d’informations sur le coronavirus, notamment sur la manière dont il se propage et comment se protéger« . Ce qui prouve que les efforts déployés pour informer les communautés sont insuffisantes.

Aussi, ce rapport met en exergue les entraves aux mesures de confinement adoptées par les Etats africains à l’image des autres Etats du monde confrontés à la pandémie.

« Plus des deux tiers (69%) des personnes interrogées ont déclaré que la nourriture et l’eau seraient un problème si elles devaient rester à la maison pendant 14 jours – et 51% manqueraient d’argent ».

«Ce rapport met en évidence les importantes lacunes en matière d’information sur COVID-19 qui existent en Afrique et menacent les efforts de riposte», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique.

 «Les conclusions de ce rapport, ainsi que les données sur les tendances COVID-19, aideront les pays à prendre des décisions stratégiques pour assouplir leurs fermetures. Ce que nous avons appris d’Ebola et d’autres épidémies, c’est que les pays doivent décentraliser la réponse au niveau communautaire et accroître leur capacité à identifier et diagnostiquer les cas. »

«Les gouvernements ne peuvent pas se fier aux suppositions ou à l’instinct pour lutter contre le COVID-19 – ils ont besoin de données», a déclaré le Dr Darrell Bricker, PDG d’Ipsos Public Affairs. «De nombreuses mesures préventives prises ailleurs dans le monde doivent être adaptées au contexte local; nous sommes fiers de faire partie de cet effort extraordinaire pour fournir des données spécifiques à l’Afrique en temps réel afin que les décideurs puissent adapter leur réponse COVID-19 en fonction de données spécifiques à leur pays. »

«La réponse la plus réussie à COVID-19 en Afrique doit tenir compte du contexte et de l’adaptabilité, et doit être basée sur les données. Avec la publication du rapport Utiliser les données pour trouver un équilibre , les gouvernements de toute l’Afrique ont désormais accès aux recommandations politiques spécifiques aux pays et aux données pour guider leur réponse au COVID-19 de la manière la plus efficace et la plus responsable », a déclaré le Dr Nkengasong, directeur de CDC Afrique.

Le PERC a mené des enquêtes dans 28 villes de 20 États membres africains pour évaluer l’impact que la crise avait déjà sur les populations et les attitudes des gens à l’égard des PHSM mises en œuvre.

Ama Coronthie

Latest

Gestion des risques en Guinée : « Nous sommes assis sur une bombe à retardement… »

Conakry, Guinée : de la gestion des risques de...

Mercato : Facinet Conté file en Suisse…

Conakry, Guinée : l'attaquant guinéen, Facinet Conté, découvert lors...

REAL MADRID : Vinicius Jr et Mbappé, la guerre qui inquiète Madrid

Kylian Mbappé va découvrir un nouveau monde en rejoignant...

Newsletter

spot_img

Don't miss

Gestion des risques en Guinée : « Nous sommes assis sur une bombe à retardement… »

Conakry, Guinée : de la gestion des risques de...

Mercato : Facinet Conté file en Suisse…

Conakry, Guinée : l'attaquant guinéen, Facinet Conté, découvert lors...

REAL MADRID : Vinicius Jr et Mbappé, la guerre qui inquiète Madrid

Kylian Mbappé va découvrir un nouveau monde en rejoignant...

Bamako : Les partis politiques rejettent le «piège» des conclusions du dialogue inter-Maliens (RFI)

Les partis politiques rejettent le « traquenard » des conclusions du...
spot_imgspot_img

Gestion des risques en Guinée : « Nous sommes assis sur une bombe à retardement… »

Conakry, Guinée : de la gestion des risques de toutes sortes à la question des récurrents incendies en Guinée, de la nécessité de renforcement...

Mercato : Facinet Conté file en Suisse…

Conakry, Guinée : l'attaquant guinéen, Facinet Conté, découvert lors d’un stage de détection à Marrakech organisée par Premier Art, s’est engagé avec le club...

Recrutement à la Fonction publique : Le Ministre a𝐧𝐧𝐨𝐧𝐜𝐞 la date, m𝐨𝐝𝐚𝐥𝐢𝐭és 𝐞𝐭 𝐝𝐞𝐬 i𝐧𝐧𝐨𝐯𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 t𝐞𝐜𝐡𝐧𝐨𝐥𝐨𝐠𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬.

𝐂𝐨𝐧𝐚𝐤𝐫𝐲, 𝐥𝐞 𝟏𝟒 𝐦𝐚𝐢 𝟐𝟎𝟐𝟒 – Le ministre du Travail et de la Fonction publique Guinée, Faya François Bourouno, accompagné des cadres de son...