Covid-19-Risque de reports d’élections en Afrique : Guteres appelle à un « dialogue politique inclusif et soutenu »

0
817

Conakry, Guinée : Dans un message ce 25 Mai à l’occasion de la Journée de l’Afrique, le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guteres, évoque l’impact de la pandémie dans des processus électoraux en Afrique.

« La pandémie du Covid-19 n’est pas sans impact sur la consolidation de la démocratie en Afrique. Une vingtaine de pays africains devaient organiser des élections cette année. Mais certaines d’entre elles seront reportées en raison de la pandémie, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la stabilité et la paix » lit-on dans le média officiel de l’ONU.

«J’exhorte les décideurs africains à établir un dialogue politique inclusif et soutenu afin d’apaiser les tensions suscitées à cet égard et de respecter les pratiques démocratiques », a déclaré M. Guterres.

Mercredi dernier, il avait rappelé que « Les processus politiques et les élections représentent dans les mois à venir autant d’occasions de franchir des étapes importantes sur le plan de la stabilité et de la paix.« 

A l’occasion de la Journée de l’Afrique, ce 25 Mai, le Secrétaire général de l’ONU s’est réjoui du soutien que l’UA a apporté à son appel en faveur d’un cessez-le-feu mondial pour lutter contre la pandémie du Covid-19. Une requête qui fait pendant au thème de l’organisation panafricaine pour 2020 : «Faire taire les armes : créer les conditions propices au développement de l’Afrique».

Afin d’amenuiser l’impact de la covid-19 sur les Etats africains, le chef de l’ONU appelle à la solidarité.

« Nous demandons une mobilisation internationale pour renforcer les systèmes sanitaires en Afrique, maintenir les chaînes d’approvisionnement alimentaire, éviter une crise financière, soutenir l’éducation, protéger les emplois, maintenir les ménages et les entreprises à flot et protéger le continent contre les pertes de revenus et de recettes d’exportation.  Les pays d’Afrique doivent bénéficier du même accès rapide, équitable et abordable à tout vaccin et traitement à venir, qui doivent être considérés comme des biens publics mondiaux » dit Guteres.