RDC : fin de la 10ème flambée de l’épidémie Ebola (OMS)

0
367

Ce jour marque la fin de la 10e flambée de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC). Cette épidémie longue, complexe et difficile a été surmontée grâce au leadership et à l’engagement du gouvernement de la RDC, soutenu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une multitude de partenaires, de donateurs et surtout les efforts des communautés affectées par le virus.

L’OMS félicite toutes les personnes impliquées dans le travail ardu et souvent dangereux requis pour mettre fin à l’épidémie, mais souligne la nécessité de la vigilance. Il est essentiel de continuer à soutenir les survivants et de maintenir des systèmes de surveillance et d’intervention solides afin de contenir les poussées potentielles dans les mois à venir.

« L’épidémie nous a tellement pris, en particulier de la population de la RDC, mais nous en sommes sortis avec des leçons et des outils précieux. Le monde est désormais mieux équipé pour répondre à Ebola. Un vaccin a été autorisé, et des traitements efficaces identifiés », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

«Nous devons célébrer ce moment, mais nous devons résister à la complaisance. Les virus ne prennent pas de pause. En fin de compte, la meilleure défense contre toute épidémie est d’investir dans un système de santé plus solide comme fondement de la couverture sanitaire universelle. »

L’épidémie, déclarée au Nord-Kivu le 1er août 2018, était la deuxième plus grande au monde, et était particulièrement difficile car elle a eu lieu dans une zone de conflit active. Il y a eu 3470 cas, 2287 décès et 1171 survivants.

Menée par le gouvernement de la RDC et le ministère de la Santé et soutenue par l’OMS et ses partenaires, la réponse de plus de 22 mois a impliqué la formation de milliers d’agents de santé, l’enregistrement de 250 000 contacts, le test de 220 000 échantillons, offrant aux patients un accès équitable aux thérapeutique, vaccinant plus de 303 000 personnes avec le vaccin très efficace rVSV-ZEBOV-GP, et offrant des soins à tous les survivants après leur rétablissement.

La réponse a été renforcée par l’engagement et le leadership des communautés affectées. Grâce à leurs efforts, cette épidémie ne s’est pas propagée à l’échelle mondiale. Plus de 16 000 intervenants locaux de première ligne ont travaillé aux côtés des plus de 1 500 personnes déployées par l’OMS. Le soutien des donateurs était essentiel, tout comme le travail des agences partenaires des Nations Unies, des ONG nationales et internationales, des réseaux de recherche et des partenaires déployés par le biais du Réseau mondial d’alerte et de riposte aux épidémies. Le travail acharné pour renforcer les capacités de préparation dans les pays voisins a également limité le risque d’aggravation de l’épidémie.

Les travaux se poursuivront pour tirer parti des progrès réalisés dans le cadre de cette réponse pour relever d’autres défis sanitaires, notamment la rougeole et le COVID-19.

«Pendant près de deux ans que nous avons combattu le virus Ebola, l’OMS et ses partenaires ont contribué à renforcer la capacité des autorités sanitaires locales à gérer les flambées», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique.

«La RDC est désormais meilleure, plus intelligente et plus rapide pour répondre à Ebola et c’est un héritage durable qui soutient la riposte au COVID-19 et à d’autres épidémies.»

Alors que les pays du monde entier sont confrontés à la pandémie de COVID-19, la riposte à Ebola en RDC fournit des enseignements précieux. Bon nombre des mesures de santé publique qui ont réussi à arrêter Ebola sont les mêmes mesures qui sont désormais essentielles pour arrêter COVID-19: trouver, isoler, tester et prendre soin de chaque cas et la recherche implacable des contacts.

En RDC, les agents communautaires ont reçu une formation et une application de collecte de données sur smartphone qui leur a permis de suivre les contacts et de faire rapport en temps réel plutôt que de remplir des rapports papier laborieux. Même lorsque la violence a enfermé des villes, les travailleurs communautaires, dont beaucoup de femmes locales, ont continué à suivre et à retracer les contacts à l’aide de l’application, ce qui était crucial pour mettre fin à cette épidémie.

Alors que cette 10ème épidémie en RDC est terminée, la lutte contre Ebola se poursuit. Le 1er juin 2020, sept cas d’Ebola ont été signalés dans la ville de Mbandaka et la zone de santé voisine de Bikoro dans la province de l’Équateur et une 11e épidémie a été déclarée. L’OMS soutient la riposte dirigée par le gouvernement avec plus de 50 membres du personnel déjà déployés et plus de 5000 vaccins déjà administrés.

L’OMS salue les milliers de personnes héroïques qui ont combattu l’un des virus les plus dangereux du monde dans l’une des régions les plus instables du monde. Certains agents de santé, y compris des experts de l’OMS, ont payé le prix ultime et ont sacrifié leur vie à la riposte à Ebola.

Source : OMS Afrique