Coronavirus aux Etats-Unis : Trump change de disque

0
407

Après avoir nié la résurgence de l’épidémie, le président américain, dont la gestion est de plus en plus critiquée, a reconnu que la crise sanitaire due au coronavirus va empirer.

Après des semaines de dénégations, Donald Trump s’est résigné à un nouveau revirement face à la pandémie de Covid-19. Lors de son premier briefing consacré à ce sujet depuis la fin du mois d’avril, mardi 21 juillet, le président des Etats-Unis a reconnu que la crise sanitaire « va sûrement, malheureusement, empirer avant de s’améliorer »« Je n’aime pas dire ça mais c’est comme ça », a-t-il ajouté avec fatalisme.

La veille, le président des Etats-Unis avait changé une première fois de ton en invitant les Américains à porter un masque après des semaines d’ambiguïté, une partie de ses partisans dénonçant avec virulence la mesure comme attentatoire à leurs libertés. Le port du masque est recommandé par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), mais il n’est pas obligatoire.

Revirement présidentiel

Donald Trump est revenu sur le sujet mardi, plaidant pour leur efficacité. Il s’était abstenu d’en porter un à l’occasion d’une rencontre avec des donateurs dans l’hôtel qui porte son nom à Washington, lundi soir. La seule note optimisme de son point de presse, empreint de gravité, a été fournie par les progrès jugés prometteurs accomplis, selon lui, en matière de vaccins et de traitements.

L’effondrement de la confiance que lui accordent ses concitoyens pour la gestion du virus, et ses conséquences pour l’instant dévastatrices sur ses intentions de vote dans la perspective de la présidentielle de novembre, ont pesé en faveur du revirement présidentiel. Les sondages ont eu manifestement plus de poids que la reprise des contaminations, à la mi-juin, comme celle des décès imputés à la maladie, quelques semaines plus tard. Plus de 1 000 morts ont été recensés mardi, ce qui n’était pas arrivé depuis le 4 juin selon la comptabilité en temps réel du Washington Post

Lire la suite sur leMonde.fr