Dialogue politique : « Si l’opposition veut des élections inclusives…(Entretien avec Dr Hady Barry du RPG AEC)

0
596

Conakry, Guinée : Dr Mohamed Hady Barry, du Bureau politique national du RPG Arc-en-Ciel parle de la convention nationale de son parti organisé ces dernières heures.

Votre formation politique le RPG Arc-en-Ciel vient de tenir sa convention nationale pour la désignation de son candidat à l’élection présidentielle d’octobre prochain. Dites-nous, quelle a été la particularité des travaux de la convention cette année 2020 ?

Merci. Je pense que la particularité de cette convention est l’enthousiasme qui l’a caractérisé, mais aussi son caractère démocratique qui a conduit à sa tenue, parce que nous avons d’abords organisé des conventions régionales à tous les niveaux où des militantes et militants sont venus exprimer leur point de vue sur tout ce qui a été fait depuis les dix ans. Je crois que c’est une occasion d’échange franche, d’échange démocratique. Et finalement la direction nationale du parti à organisé cette convention nationale au Palais du peuple. Ce qui était intéressant, c’est que ce n’était pas seulement les militantes et les militants du parti qui s’y trouvaient. Nous avions aussi une cinquantaine de partis alliés qui étaient venue assister à ce congrès. Donc c’est dire que ça été une manifestation très réussie et qui a abouti à la désignation de notre futur champion.

Dites-nous Monsieur Barry, comment le choix du BPN s’est finalement porté sur la personne de l’actuel chef de l’Etat le Pr Alpha Condé ?

 Je crois que ce choix n’a pas été très difficile. Le problème aurait été difficile si l’ancienne  constitution n’avait pas été changée. Ce qui amènerait le RPG Arc-en Ciel d’organiser une sorte d’émulation d’appel à candidature en son sein et organiser des votes. Heureusement comme le peuple de Guinée a bien voulu changer la constitution, ce qui permet au président de la république de faire acte de candidature s’il le souhaite. Naturellement pour nous, nous n’avons pas un candidat plus consensuel, plus apte à garantir la sécurité et la stabilité en Guinée et aussi, à améliorer les conditions de vie des populations, surtout les populations les plus pauvres. Comme vous le savez, depuis que le Professeur est venu au pouvoir avec son slogan « Guinée is back », il y a eu beaucoup de reformes considérables qui ont porté des fruits. Que ça soit dans le domaine de la promotion de la bonne gouvernance ou dans les transformations économiques durables et inclusives, dans le développement inclusif du capital humain ou la gestion durable du capital naturel. En ce qui concerne le pilier de notre plan économique et social, il y a eu beaucoup de progrès, il y a eu beaucoup de financement qui ont été obtenus et des projets entamées.

Et donc pour nous, au moment où la loi fondamentale de notre pays permettait à notre président le Professeur Alpha Condé à se représenter s’il le souhaite, donc le choix était unanime. Il n’y a pas eu une voix dissonante et finalement c’est notre motion qui a été lue par notre camarade Hadja Nantou Chérif, qui demandait au président de la république de bien vouloir accepter de porter, une fois encore, les couleurs de notre parti le RPG Arc-en-ciel, pour la prochaine élection présidentielle qui, dans les conditions normales,  se tiendrait le 18 octobre 2020.

Mais Dr Barry, comme on pouvait déjà s’y attendre, dès le soir de cette annonce de  candidature du président Alpha Condé, les leaders politiques de l’aile dure de l’opposition en l’occurrence l’opposition républicaine ont rejeté ce choix. Que répondez-vous face à ces réactions ?

 Non, le problème c’est que ces leaders ne sont nullement concernés la convention de notre parti encore moins par les conclusions de cette convention.  Naturellement je peux comprendre leur position. C’est humain, nous sommes en compétition. En Guinée ici tous ces leaders ont un passé, ont un CV et lorsqu’on va opposer leurs réalisations aux réalisations du Pr Alpha Condé, je crois que la comparaison sera vite fait et puis le choix de la majorité de la population guinéenne se fera rapidement. Sans vouloir jeter de l’anathème sur eux, ils sont aujourd’hui dans une situation très inconfortables parce qu’ils savent que si jamais le président Alpha Condé acceptait de porter les couleurs du parti, il sera réélu avec un score très confortable, parce que beaucoup de guinéens lui feront encore confiance. Il n’y a qu’une seule place à la présidence de la république et il est certain qu’aucun de ces leaders-là n’aurait la moindre chance d’être élu.

Donc c’est normal qu’ils expriment leur état d’âme, leur mécontentement. Pour être d’accord avec quelqu’un, il faut que vous conjuguiez le même verbe. Nous avons une opposition aujourd’hui qui ne voit rien de bon. Tout ce qui les intéresse c’est de voir comment ils pourraient accéder au pouvoir. Malheureusement, hier c’est eux qui commandaient et tout ce qu’ils nous reprochent aujourd’hui, aurait pu être fait il y a 15 ans, il y a 20 ans. Mais ils étaient là, ils n’ont pas fait. Aujourd’hui,  ils sont entrain de critiquer comme si la Guinée a commencé avec le Pr Alpha Condé il y a dix ans. Donc le RPG Arc-en-ciel reste serein et nous attendons la décision du chef de l’Etat que nous espérons sera conforme à notre choix, pour préparer très rapidement l’élection présidentielle pour le réélire pour un premier mandat de la Quatrième République.

Vous venez de parler de la victoire du RPG Arc-en-ciel, mais comment comptez-vous procéder pour y arriver ? Et que ce qui vous rassure de cette victoire, alors qu’il y a tout au moins des grandes figures qui se sont fait annoncer telles que Dr Ousmane Kaba ?

Oui, nous sommes très rassurés parce que lors qu’il y a une course qui se prépare, on doit regarder les chevaux qui sont en bonne position. Je pense que nous, notre cheval ne va pas courir avec eux. Il va courir loin devant eux. Le Pr Alpha Condé a fait ses preuves, il est venu en 2010 trouver un pays sans Etat. Vous étiez là, vous avez vu comment se comportait nos frères qui relèvent de la grande muette, l’armée et comment notre pays vivait dans l’insécurité. Il est venu il a réussi à mettre de l’ordre, à reformer les forces armées et de sécurité. Aujourd’hui nos militaires sont là où ils doivent être, ils ont des traitements qu’il les faut et ils ont des conditions de vie qui les permettent de se consacrer exclusivement à leur mission régalienne qui est la protection des frontières et des territoires de notre pays. Et en plus de cela, aujourd’hui en ce concerne la promotion de la bonne gouvernance et celle du développement durable, il y a eu beaucoup d’amélioration dans ce cadre-là et beaucoup d’organes ont été créés pour lutter contre la corruption. Et malgré tout ce qu’on dit, la Guinée est aujourd’hui l’un des pays les plus stables de l’Afrique de  l’ouest. Je crois que cela est dû au patriotisme du peuple de Guinée, mais aussi au leadership du chef de l’Etat, qui est aujourd’hui une référence dans la sous-région. 

 Grâce aux différentes réformes qui ont été entreprises, aujourd’hui le PIB est en net croissance, le climat des affaires au aujourd’hui reformé et amélioré, il y a eu une forte réduction de la dette publique, l’inflation est qu’à même modéré, l’accès aux crétois est facilité. Dans le secteur de l’agri ture, il y a eu beaucoup d’amélioration, la création des chaines de valeur, qui permettent de dire aujourd’hui que la Guinée s’achemine inéluctablement vers le décollage économique tant attendu. Quant au secteur minier, vous savez là aussi ce qui se passe. Dans très peu de temps, la Guinée sera le premier pays exportateur de bauxite. Moi je suis au  ministère de la coopération et de l’intégration africaine et je suis très bien placé pour savoir quelle est la vision de nos partenaires extérieurs de la Guinée. N’eut été cette maladie aujourd’hui il aurait eu beaucoup d’investisseurs qui seraient venus investir dans ce pays et lutter contre le chômage des jeunes.

Et le prochain mandat du chef de l’Etat s’il est élu par le peuple de Guinée, c’est ce que nous espérons, nous allons nous mettre au travail pour sortir la Guinée complètement de la pauvreté et permettre à ces jeunes désœuvrés, manipulés, drogués et livrés par des politiciens dans les rues et qui n’ont que très peu de considération pour la vie de ces jeunes vulnérables. Nous allons essayer de voir, soit comment les proposer une formation qualifiante ou leur proposer des emplois, afin que ces jeunes-là puissent reprendre de l’espoir et puissent se sentir bien dans leur propre pays.

Etant membre du BPN du RPG/AEC, s’il vous était demandé de retourner autour de la table de dialogue avec la branche dure de l’opposition pour des négociations politiques, votre parti serait-il ouvert à ce dialogue et serait-il prêt à faire des concessions par rapport aux revendications de cette opposition ?

Le dialogue, la discussion allant dans le sens de l’amélioration de la paix, de la stabilité et de la quiétude au sein de la population guinéenne, reste une priorité du RPG /AEC et du chef de l’Etat. Hier lors de la convention, le président nous a fait une recommandation forte. Celle de l’ouverture vers tous ceux ou toutes celles qui nous tendent la main et qui veulent qu’on aille ensemble dans la bonne direction. Donc pour répondre à votre question si l’opposition radicale était aujourd’hui disposée à nous rencontrer pour discuter et trouver des solutions autour de la table, naturellement le RPG/AEC, participerait avec la bonne foi à ses tables rondes. S’il y a des concessions à faire, on fera des concessions. Mais seulement il ne faut pas poser des préalables pour aller à un dialogue sinon ça devient du chantage car ça vaudrait dire que ma position droit être acceptée ou bien pas de dialogue. Donc des revendications telles que le retrait de la constitution, la dissolution de l’Assemblée nationale ou dire que le président de la république ne peut pas se présenter aux élections, tout ça ne sont pas des thèmes à négocier. Parce que la au-delà de l’opposition aussi prestigieuse soit elle ou la mouvance présidentielle, nous ne pouvons pas remettre en cause ces trois dispositifs qui sont des expressions du soufrage universel et l’expression de la volonté du peuple souverain de Guinée.

Mais par contre, si l’opposition voudrait qu’on se donne les mains pour pouvoir organiser des élections inclusives, transparentes où chacun aura la possibilité d’aller défendre ses projets de société devant les populations guinéennes et leur permettre de faire leur choix dans la plus grande quiétude et dans la plus grande transparence, je crois que le Rassemblement du peuple de guinée mettre tout en œuvre pour remplir sa part de contrat dans ce domaine-là.

Votre mot de la fin?

Je dois terminer en remerciement toutes les militantes et tous les militants du RPG/AEC, tous les sympathisants des partis alliés qui ont bien voulu donner le meilleur d’eux-mêmes pour participer à l’organisation et au succès de cette convention nationale du parti. Le RPG ne travaille pas que pour ses militants et  militantes. C’est un parti au pouvoir qui est au service aussi bien de ses amis que pour ses adversaires. Donc nous tendons une main fraternelle envers tous les guinéens et envers nos frères de l’opposition pour que la Guinée puisse retrouver la quiétude et pour qu’on puisse s’atteler aujourd’hui à l’essentiel : la lutte contre la pauvreté et la lutte contre l’insécurité, afin qu’on puisse jouer notre rôle entant que Etat leader dans cette partie de l’Afrique de l’ouest.

Nous sommes aujourd’hui le garant de la sécurité régionale et notre contribution dans la lutte contre le terrorisme est aujourd’hui très appréciée aussi bien au niveau de la région que sur le plan international. Mais c’est compte aussi de notre contribution dans la lutte pour l’émancipation des peuples africains au début des années 60 et 70. Donc je souhaite la paix, le bonheur et la prospérité au peuple de Guinée. Merci

Propos recueillis par Lansana camara