Sinistrés de Souapiti : l’OGDH n’a été conviée à aucune réunion (Président)

0
340

Conakry, Guinée : L’organisation guinéenne de défense des droits humains (OGDH) dément participation à une réunion de crise entre la direction du projet de Souapiti et les Sinistrés dudit barrage.

Une réunion d’urgence était prévue ce lundi 10 Aout 2020 entre la direction générale du projet du barrage Souapiti et les Sinistrés dudit barrage. Parmi les acteurs cités au tour de la table, l’organisation guinéenne défense des droits de l’homme OGDH. Une information que rejette en bloc le président de cette organisation de défense des droits de l’homme. Selon Diallo Abdul Gadiri, son organisation n’a pas été conviée.

« Nous n’avons jamais été associée à une telle réunion, si l’information vous a été donnée c’est dans l’imagination de ceux qui l’ont donnée. Sinon nous n’avons associés ni de près ou de loin à une réunion de discussion au tour des sinistrés de Souapiti. Ce que je sais, c’est que l’OGDH en tant que partenaire, est en train d’accompagner les sinistrés. On a fait une visite de terrain sur les lieux pour essayer de constater de visu ce que les Sinistrés nous disaient. Mais quant à dire qu’on a été invité au tour d’une table pour discuter de toutes ces questions-là, je peux m’inscrire en faux et je crois que ça n’a jamais eu lieu » a-t-il démenti.

Le président de l’organisation guinéenne de défense des droits de l’homme s’est par ailleurs prononcé sur le non-respect des engagements que clament les sinistrés de Souapiti.

«Les autorités guinéennes doivent comprendre que si des mesures d’accompagnement avaient été prises pour des personnes déplacées de tous les sites de Souapiti, elles doivent s’assurer que l’ensemble des engagement pris par l’Etat ont été respectés scrupuleusement. Et cela suppose quoi ? Que même-si on a confié tout ceci à une entreprise, l’Etat doit avoir le regard sur ce qui est en train de se passer parce que ça peut avoir une forte odeur de corruption.  Et quand il y a une corruption et une gabegie organisée au niveau de quelque chose qui devait revenir aux Sinistrés, ceux-ci n’auront que l’Etat pour essayer de poser leur problème. Donc la responsabilité de l’Etat n’est pas d’affecter le marché à un opérateur mais c‘est de surveiller la mise en œuvre d’un marché. Et malheureusement, on a tout l’air de croire qu’il y a une haute magouille qui s’est installée au niveau de ceux qui conduisent les travaux. Donc l’Etat n’a pas à dire seulement on vous donne ça, il faut que l’Etat s’assure que c’est arrivé à destination sinon c’est créer une situation qui va créer une implosion sociale » pense Abdoul Gadiri Diallo  

Oumar Camara