« La Guinée va connaître une grave récession » (Ousmane Doré du MND)

0
812

Conakry, Guinée : l’ancien ministre des Finances sous la primature Lansana Kouyaté, Ousmane Doré, assure qu’en dépit de l’exportation continue de la bauxite vers la Chine, la Guinée va entrer en récession.

Dans les colonnes de l’hebdomadaire Le Lynx, le désormais président du MND, probablement candidat à la présidentielle 2020, analyse l’avenir de la Guinée après la pandémie du covid-19.

« Pour la première fois, elle-la Guinée, ndlr- va entrer en récession. En Guinée, il y a des facteurs de mitigation. Notre commerce extérieur est essentiellement basé sur le minerai que nous exportons. Les indications que nous avons, c’est que notre bauxite continue d’être vendue aux Chinois et autres. Il n’ y a pas eu de rupture totale de l’exportation de ces principaux minéraux. Mais ce n’est pas tout cela qui fait l’économie. Il y a la consommation locale,les investissements, le commerce extérieur, l’autre élément de l’analyse du PIB » affirme l’économiste, directeur du bureau régional de développement et de prestations de services de la BAD pour l’Afrique centrale.

« Quand on regarde la consommation et l’investissement, on se rend compte effectivement que la Guinée va connaître une grave récession, en dépit des mesures de riposte qui ont été apportées. Ce n’est le fait qu’on ait pu toucher aux trois aspect de la riposte (sanitaire, sociale et économique), c’est le fait que la taille par rapport à l’impact des politiques budgétaire et monétaire n’est pas suffisante pour dire qu’on peut empêcher une récession. Donc il faut se préparer à cela. Il est clair qu’une bonne partie sera tributaire de ce qui va se passer sous l’éechelle globale, or la crise continue. Il y a une nouvelle vague de contamination. En bon Economiste, il faut croire qu’on est parti pour des moments difficiles » précise le président du MND dans le Le Lynx.

En Guinée, pour la 5è fois, le président Alpha Condé vient de proroger l’Etat d’urgence sanitaire, mettant encore au pilori plusieurs secteurs de l’économie nationale. Les frontières terrestres restent encore fermées.