Kankan : confusion autour des chiffres du covid-19

0
581

Kankan, Guinée : la montée progressive du nombre de cas positifs de coronavirus dans la région administrative de Kankan n’est plus cachée de personnes. Mais la plus grande inquiétude se trouve au niveau des autorités sanitaires. On ne sait plus entre  le directeur préfectoral et celui régional de la santé qui donne les statistiques réelles du nombre de cas. 


Rencontré pour se prononcer les données réelles des cas positifs qui effrayent les citoyens, le chargé communication de la direction préfectorale de la santé, Dr sayon Sidibé confirmait  » à ce jour 30 cas positifs pour 23 guérisons et deux décès, les autres sont alités au centre de traitement des épidémies de kankan où ils sont sous traitement et surveillance des agents de santé >>.

 
Incohérence de chiffres :le directeur régional de la santé par intérim, Dr Mohamed Sako Sylla après sa visite à Loïla où des jeunes en colère se sont attaqués au siège d’une société minière pour libérer des patients de covid-19 pris en charge par l’ANSS, a au cours d’un entretien dans la soirée du vendredi, allé dans un autre sens.

« A date, la préfecture de Kankan compte 27 cas positifs pour 15 guérisons et deux décès,  on n’a pas toutes les statistiques sur le nombre de contacts directs, mais les efforts sont en cours. Tous les cas de malades sont pris en charge au CETPI de l’hôpital régional où les équipements et les dispositions sanitaires et autres sont pris en charge par l’agence nationale de sécurité sanitaire » a-t-il relevé.


Et pour parler des statistiques des autres préfectures de la région, il précise que du mois de juin à maintenant, Siguiri a enregistré 108 cas positifs dont 3 décès, kerouane 4 cas dont 2 décès, kouroussa 6 cas pour 0 décès et le cas qui nous inquiète actuellement est la préfecture de Mandiana,  dans la  société aurifère du district de Loïla, sur 600 tests effectués, 42 se sont révélés positifs et les populations se sont rebellées pour s’attaquer au site où était admis trois patients mais à date tout est rentré dans l’ordre » A conclut Dr Mohamed Sacko SYLLA.