Guinée : l’UFR ne croit pas en la crédibilité de la présidentielle (Responsable)

0
428

Conakry, Guinée : L’Union des Forces Républicaines (UFR) ne compte pas participer aux prochaines élections présidentielles prévues le 18 Octobre 2020. L’information a été confiée à notre rédaction ce lundi 24 Août par le secrétaire exécutif de la formation politique de Sidya Touré.

Saikou Yaya Barry que nous avions joint parle de plusieurs anomalies liées à ce scrutin qui ne sont pas en la faveur d’une élection libre, crédible et transparente.

« Nous n’avions pas un fichier aujourd’hui consensuel et deuxièmement, depuis quelque temps, ce n’est pas la CENI qui organise les élections en République de Guinée, c’est la villa 33 donc la présidence. La CENI n’est que porte-parole de cette villa 33 où il y’a des cadres de la présidence, des Ministres qui gèrent les élections en octroyant des voies. Donc, aller à ces élections dans ces conditions, c’est accompagner une forfaiture. Nous ne pourront pas l’accepter » a dénoncé le secrétaire exécutif

Par rapport à l’arrivée des experts de la CEDEAO et de l’Union Africaine dans le cadre de l’assainissement du fichier électoral, Saikou Yaya dit ne plus croire en la sincérité de cette mission.

«La CEDEAO, moi je n’y crois plus à ce qu’ils (experts ndlr) font. Leur arrivée ne sert absolument à rien parce qu’ils ne sont capables de rien pour qu’il y ait consensus autour de cette élection. Ils sont là pour donner la garantie à un dictateur de continuer à exister » fait-il remarquer.

Le leader de l’UFR, l’ancien premier ministre Sydia Touré a regagné ce lundi le bercail pour officialiser la position du parti.

Et parlant des moyens pour contraindre Alpha Condé à organiser des élections crédibles, Saikou Yaya Barry ne trouve qu’un seul recours qui n’est autre que la manifestation.

« Tout est réuni pour nous empêcher d’avoir une élection propre. Vous gaspillez votre argent, votre énergie, la mobilisation des personnes… Ça serait inutile de rentrer dans ce cadre là, c’est pourquoi au sein du FNDC, nous devons nous battre autrement. Empêcher qu’Alpha Condé ne tente sa forfaiture et cela est possible si les Guinéens se mobilisent. A défaut de ça, c’est laisser un vieillard de 90 ans décider de notre sort, continuer à piller notre économie, nos mines et à nous  de nous asseoir pour devenir des mendiants » avertit Barry.

La date des élections présidentielles est maintenue au 18 Octobre prochain aucun grand parti politique n’est encore à part le camp présidentiel.

Moïse Rama Fils