Candidature d’Alpha Condé : Certains citoyens de N’Zérékoré s’expriment

0
902

Conakry-Guinée : N’Zérékoré, la capitale de la Guinée forestière n’est pas restée indifférente à l’annonce de la candidature du Président Alpha Condé à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. La rédaction de guineetime.info a tendu son micro à quelques citoyens de la ville pour avoir leur avis sur la candidature du Président Alpha Condé.

M. Nyankoi Kolié, mécanicien, affirme que : « Le Président de la République de Guinée devrait donner la chance aux autres car il est vieux et très avancé en âge. Il veut conduire la Guinée dans un trou comme feu Général Lansana Conté. Il a fait deux mandats, c’était suffisant pour lui. Donc, je suis découragé complètement de l’avenir du pays ».

Quant à Alphonse Camara, élève, il est content pour la candidature du Président Alpha Condé. « Je suis  content qu’il reste car après lui, je n’ai confiance en personne. Tous ces leaders ont tous détourné dans ce pays, le Président Alpha Condé travaille. Avant, on ne parlait pas de courant, mais actuellement même si c’est momentané, il y a le courant et j’espère dans les années à venir, il fera mieux ».

Ce commerçant de cacao qui a préféré garder l’anonymat est très remonté : « Il n’y a pas de travail en Guinée, mais surtout dans la région forestière notamment à N’zerekoré, on nous a beaucoup oublié. Qu’est-ce qu’on a fait au président Alpha Condé pour mériter tout ça ? On souffre énormément, il n’y a pas de manger, ni d’argent, les jeunes sont abandonnés à eux même, il n’y a pas de justice, sinon que des règlements de comptes. Comment quelqu’un comme ça peut dire qu’il veut encore rester au pouvoir pour 5 ans ou plus. Tous les pays ont les anciens présidents sauf la Guinée, si un pays à un ancien président, celui-là est son conseiller direct et ça va marcher normalement. Mais nous, ils veulent toujours mourir au pouvoir ».

Un jeune retrouvé dans une buvette ne veut pas qu’on lui parle d’Alpha Condé.  « Alpha a trahi la Guinée et les Guinéens qui avaient cru en lui en 2010 car il était le seul espoir de la nation. Alors, je le demande d’aller se reposer et donné la chance à autre Guinéen. Il n’est pas la seule personne. Peut-être Dieu nous aidera à porter le choix sur une bonne personne. Le gros du problème, c’est pas aussi Alpha seul, mais tout son entourage », a-t-il déclaré.

Mme Rougui Bah, couturière, ne mâche pas ses mots : « Dix ans de souffrance, de galère, de haine entre nous, rien ne marche. Alpha ne devrait pas se présenter pour la 3ème fois de sa mandature, il est vieux en plus, il n’a rien fait. En 2010, j’avais voté pour lui, mais il m’a déçu complètement, je ne m’entendais pas à ça. Aujourd’hui, la Guinée est gâté même N’zerekoré est pire ».

L’abbé Henry Panphil Haba, coordinateur diocésain de la jeunesse de N’Zérékoré, affirme qu’à partir du moment où la  nouvelle Constitution a été adoptée, il n’y avait pas d’embûches pour le Président Alpha Condé. « Tout s’est joué à partir du double scrutin (législatives et référendaire). Mon point de vue est  celui de tout guinéen qui lit entre les lignes. Alpha Condé n’a pas massacré les Guinéens, opprimé le FNDC pour quitter le pouvoir aussitôt. C’est un pouvoir à vie qu’il concocte depuis toujours. Son silence en disait long sur sa candidature qui vient d’être officialisée. J’aurais aimé qu’il le dise lui-même de sa propre bouche en face des Guinéens qu’il prétend gouverner encore. Je trouve un peu irresponsable qu’il fasse porter à la connaissance du peuple Guinéen une décision aussi grave qui implique l’avenir de toute une nation. Pour moi, Alpha entretien toujours une malice pour se protéger des conséquences qui pourraient susciter de cette décision en faisant annoncer sa candidature par tierce personne, même si on sait plus ou moins son intention », a martelé ab. Panphil Haba. Le religieux a un double regret. « Le premier est relatif à la tenue du double scrutin du 22 Mars 2020. C’est dommage qu’on ait permis la tenue de ce référendum et de tous ce qui en est sorti (massacre, arrestations arbitraires partisanes,…), mais surtout l’adoption de cette constitution que le pouvoir et ses acolytes appellent « Nouvelle ». Finalement, on nous impose une Constitution dans laquelle on ne se retrouve pas et malheureusement on doit vivre avec. Mon deuxième regret est relatif au silence coupable ou complice des institutions qui sont censés nous protéger. Dans un pays souverain où les institutions (Assemblée nationale, Cour suprême, Cour Constitutionnelle, Commission électorale nationale indépendante) qui doivent garantir le droit des citoyens sont corrompues. Aucune manifestation, aucune réclamation ne peut avoir sa raison d’être. On va donc se battre en vain et ce sont des citoyens qui vont mourir inutilement ». Et de lancer un appel : « J’invite surtout la jeunesse guinéenne à faire preuve de maturité civique. On est en face d’une situation déterminante pour l’avenir du pays. Il ne sert à rien de manifester pour réclamer une justice qui ne viendra jamais. J’invite les jeunes à la retenue. Les élections vont peut-être se dérouler et on a été sérieusement préparé à cela. Je dirais qu’on devait être psychologiquement prêt à accepter ce qui arrive. Le refus de voter est un droit qui ne fera mourir personne. C’est un moyen de la non-violence. Si je sais qu’en allant voter le 18 octobre, je peux être tenté à la violence, je renonce à ce devoir pour la paix dans le pays. Je demande avec insistance aux jeunes de ne pas sacrifier leur avenir pour des vieux politiques affamés de pouvoir, des politiques qui sont au crépuscule de leur vie ».

Propos recueillis par Jules Lamilé Kombadouno guineetime.info

N’Zérékoré