Promesses d’Alpha Condé (2015-2020) : Sur 82 promesses, seulement 13% ont été réalisées (6ème rapport de la plate-forme LAHIDI d’ABLOGUI)

0
645

Conakry-Guinée : Ce jeudi 3 septembre, l’Association des blogueurs de Guinée (ABLOGUI) a publié le 6ème rapport partiel de sa plate-forme LAHIDI.  Ce rapport porte sur 82 engagements du Président Alpha Condé dans les secteurs des transports et travaux publics, de la jeunesse, de l’éducation nationale, de l’Economie et des finances. Cette plate-forme suit et évalue au quotidien depuis 2016 le niveau de réalisation des promesses du président Alpha Condé et de son gouvernement.

Le chef de projet LAHIDI, Mamadou Alpha Diallo,  a expliqué : « Les deux chiffres qui retient notre attention, nous avons sur 82 promesses 13% qui ont été réalisées. Nous avons par contre 39% d’engagements qui n’ont pas encore connu de début de réalisation. Les conséquences que nous tirons des chiffres c’est que 2/5 n’ont pas connu de début de réalisation et il y a très peu de chance que cela change d’ici à la fin du second mandat du président de la République. Donc pour nous, cela est à améliorer. Pour nous, 13% de réalisation est quand même très faible. Parce que nous sommes près de 5 ans pour la plupart de ces secteurs, nous pensons qu’on pouvait mieux faire ».

M. Diallo a mis un accent sur les secteurs de l’éducation nationale, transports et travaux publics qui selon lui sont les secteurs où il y a moins de réalisation. « L’une des promesses qui a retenu notre attention, c’est la promesse de construire un aéroport à Mafinrèyah. Il devrait être le nouvel aéroport de Conakry, voilà 5 après rien a été fait dans ce cadre. C’est notamment la route Boké-Gaoual, la construction de la route Kankan-Kérouané- Beyla. Dans le secteur éducatif, c’est la même chose 48% des promesses n’ont pas été tenues. Pourtant ces promesses étaient très attendues par les populations. La construction des lycées techniques allaient être une révolution en Guinée, la création de l’Office du baccalauréat aussi, c’était une grande réforme qui allait changer la façon de faire », a-t-il déploré.

Oumar Camara