Macenta : Le porte-parole du mouvement « Génération consciente », Antoine Béavogui, porté disparu

0
612

Conakry-Guinée: Cette semaine qui s’est écoulée a été très mouvementée dans la préfecture de Macenta précisément Macenta-ville. Des jeunes de cette localité réunis au sein du mouvement « Génération Consciente » ont battu le pavé pour réclamer les services sociaux de base notamment les 15 km de route promis par le Président Alpha Condé.

Une marche pacifique qui s’est soldé par le pillage de la Gendarmerie et l’enlèvement du porte-parole des manifestants.

M. Sidiki Camara, coordinateur du mouvement « Génération consciente », a dans un entretien accordé à nos confrères d’Espace Fm apporté des précisions sur la situation. « Le jeudi 3 Septembre, c’était notre 3ème sortie tout en réclamant les 19 km de route promis à Macenta, c’était l’objectif de notre marche. Ce n’était pas une manifestation, c’était juste une marche de réclamation.  Et depuis jeudi, notre ami Antoine est introuvable. On n’a pas la certitude qu’il a été enlevé par les forces de l’ordre, mais jusqu’à présent on n’a pas ces nouvelles. Le lendemain de sa disparition, on est passé dans les commissariats, le préfet aussi nous a garanti qu’il n’a touché personne. Nous sommes partis fouiller dans les commissariats de N’Zérékoré, on n’a donc pas la certitude si Antoine a été enlevé ou il s’est caché », a expliqué Sidiki Camara.  

Sur le saccage de la gendarmerie, le coordinateur du mouvement « Génération Consciente » pointe du doigt le préfet de Macenta. « La Gendarmerie n’a pas été brûlée, j’ai même des images avec moi, c’est vrai qu’elle été touché par les manifestants, mais c’était la base de la CMIS que le préfet a appelée du côté de Guéckédou et la CMIS qu’il a appelée du côté de N’Zérékoré. C’est de là qu’ils nous jetaient des pierres et des gaz lacrymogène et nous aussi on les a offensés. Voilà pourquoi la Gendarmerie a été touché. S’il a eu des dégâts entre les forces de l’ordre et nous, c’est le préfet qui est responsable. Parce que c’est lui qui appelé les renforts », a-t-il soutenu.

Oumar Camara