Présidentielle 2020 : la Ligue pour les droits et la démocratie en Afrique (LIDDA) invite les Guinéens à la paix.

0
396

Conakry,Gunée: La Ligue pour les droits et la démocratie en Afrique (LIDDA) s’est prononcé ce Mercredi 23 octobre 2020, sur les enjeux et les perspectives de l’élection présidentielle. Dr Mamady KABA, président de la LIDDA, s’inquiète des violences pré-électorales et post-électorales.

Devant la presse, le président de cette organisation explique sa crainte surtout  face à la montée en puissance  des contestations contre le troisième Mandat du Président Alpha Condé.  << Ce que nous craignons ce sont des violences avant pendant et après les élections. Et en dehors de ce contexte qui est particulier à la Guinée, nous savons que les élections présidentielles ont toujours été difficiles en Afrique par ce que nos États sont fragiles. Nous sommes des jeunes démocraties, nous n’avons pas beaucoup d’expérience, nous n’avons pas les mêmes compréhensions des enjeux. Ce qui nous pose à nous entre tués, à causer beaucoup de souffrance à nous-mêmes et à nos prochains. Et tous les pays africains pendant les élections présidentielles vivent la même peur >> raconte Dr Kaba

Par ailleurs, L’ancien président de l’INIDH invite tous les Guinéens en particulier le gouvernement et les acteurs impliqués dans le processus électoral à œuvrer dans le sens de la paix.

<<Chacun doit déployer son énergie, son pouvoir, ces possibilités pour que la paix règne avant pendant et après les élections. C’est pourquoi je dis qu’il y a beaucoup d’espoir, parce que vous (la presse) et moi sommes là pour œuvrer à ce que la paix règne. C’est nous qui constituons l’espoir que ceux dont nous avons peur n’arrive pas. Il est important également que le gouvernement mette tout en œuvre, et aussi les partis politiques qui sont candidats aux élections, il faut que tout le monde s’y mette pour une observation correcte et élargie de l’ensemble du processus, jusqu’à la proclamation des résultats, c’est ce qui garantit l’acceptation des résultats par toutes les parties et c’est cette prédisposition psychologique qui garantit la paix, à laquelle nous aspirons, avant pendant et après l’élection >> a-t-il souhaité.

Oumar Camara