Reprise des activités culturelles : l’AGS dresse ses exigences !

0
334

Conakry-Guinée : Après sept mois de paralysie, le monde culturel guinéen va connaitre une reprise des activités dans sous peu de temps cela après l’allégement des restrictions par les autorités gouvernementales et sanitaires la semaine dernière.

Pour mieux coordonner cette activité, ce lundi 28 Septembre a son siège, l’Agence guinéenne de spectacles (AGS) a eu une séance d’entretien avec les responsables des agences de promotions, des acteurs culturels élargis aux journalistes culturels sur les dispositions à l’organisation de spectacles vivants en Guinée pendant la période de restriction liée au COVID-19.

Dans une note circulaire distribuée aux organisateurs d’événements et les exploitants des lieux de spectacle, il est mentionné que ces opérateurs doivent garantir les dispositions suivantes pour tous les événements culturels en cette période du COVID-19 qui sont entre autres : fournir une assurance du spectacle et  des artistes employés ; installer des kits de lavages des mains avec savon ou javel à l’entrée de chaque espace d’expression culturelle ; le port de masque pour tous les participants et occupants d’un siège sur les deux obligatoires conformément aux recommandations de l’ANSS. « Nous savons que les organisateurs d’événement ont beaucoup souffert et le ministère en charge de la Culture grâce au ministre Bantama Sow qui s’est beaucoup battu pour que les activités culturelles et sportives puissent reprendre en République de Guinée.  Cela n’a pas été facile puisse qu’il a fallu convaincre un concert d’experts de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) et suite à cela, nous avions pu avoir l’autorisation d’ouvrir les événements culturels sous certaines conditions. Il était questions de donner ces conditions aujourd’hui aux différents organisateurs d’événement parce que c’est un métier qui est réglementé », a souligné la Directrice Générale de l’Agence Guinéenne de Spectacle, Sayon Bamba.

M. Abdou M’Baye, promoteur culturel et manager du groupe Banlieuzart, a soutenu que la reprise des activités culturelles est déjà un grand pas en cette période exceptionnelle, mais sollicite un accompagne de l’Etat. « On souhaiterait que l’Etat puisse nous aider parce que si un promoteur de spectacle devrait avoir 2 500 dans la salle de spectacle du Palais du Peuple, ce nombre est réduit à moitié, c’est difficile. On espère bien que l’Etat aura l’amabilité de nous subventionner en nous donnant des fonds qui vont combler ce vide », a-t-il souhaité.

Désormais pour les grandes salles de spectacle répertorier à Conakry, il est demandé aux organisateurs de respecter la limite des spectateurs dans les salles comme suit : 1 200 spectateurs pour le Palais du Peuple, 500 pour la salle Malick Condé et 800 places pour le Belvédère. Les hôtels, les centres culturels et les petits espaces seront soumis à une expertise de terrain et recevront les recommandations de la Direction Générale pour leur activité, précise la circulaire de l’AGS.

Moïse Rama Fils