Situation sociopolitique guinéenne : « L’État est à bout de souffle » (Kalifa Gassama Diaby)

0
459

Conakry-Guinée : La situation sociopolitique du pays inquiète tous les Guinéens épris de paix et de quiétude sociale. C’est le cas de l’ancien ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Kalifa Gassama Diaby.

Dans un entretien accordé à nos confrères d’espace FM ce lundi 5 octobre 2020, l’ancien ministre affirme que l’État guinéen est à bout de souffle. « Je l’observe comme la plupart des Guinéens avec beaucoup de tristesse, de peine à voir ce pays être champion à s’engouffrer dans l’impasse permanente. Cette chose qu’on appelle État en Guinée est à bout de souffle, il n’est plus capable de service et de garantir l’intérêt général, en terme de paix, de stabilité, de progrès et de prospérité. On voit très bien ce que cela donne sur le terrain, c’est le garant (l’État) du corps social et de l’harmonie du corps social. Lorsque l’État a failli, on le voit aujourd’hui. Il n’y a plus d’administration, il n’y a plus d’État. Tout le monde est en campagne, il n’y a plus de différence entre ceux qui peuvent s’engager politiquement et ceux qui sont là pour servir le peuple et l’intérêt général. Donc, à partir de ce moment-là, le système politique suit cette défaillance générale du système. Il faut que les Guinéens se préparent à dire stop à ce système politique général, à cette gouvernance qui n’est plus capable de garantir aux Guinéens un environnement de paix et de stabilité », dénonce M. Diaby, reconverti en activiste de la paix.

L’ancien ministre déplore tout de même que les discours de va-t-en-guerre tenus ces derniers temps par des politiques. M. Kalifa Gassama Diaby accuse le Président Alpha Condé d’être à la base de cette situation. « Si vous êtes dans une famille alors que le père de famille ne respecte pas les règles, comment voulez-vous que les enfants respectent. L’État est là pour garantir l’ordre établi par la loi. Lorsque cet État lui-même ne respecte pas la loi, lorsqu’on applique la loi en fonction de la gueule du client, lorsqu’on applique la loi en fonction de l’intérêt politique, comment voulez-vous que les autres fassent autrement ? Evidemment tout le monde beigne dans ce discours belliqueux, ethnocentrique, communautaire parce qu’on ne respecte pas le peuple de Guinée. Je dis aux Guinéens qu’ils doivent faire un arrêt à ce manque de respect. Il faut balayer cette maison la Guinée parce qu’il y en marre. Nous n’allons pas rester les bras croisés pour qu’on nous envoie à l’abattoir » fustige-t-il.

Pour que la donne change, l’ancien ministre de la Citoyenneté souhaite qu’il ait une transition en Guinée. Même qu’il a renoncé à sa candidature.

Oumar Camara