Crise postélectorale : « Il faut établir le fédéralisme, l’autonomisation et la régionalisation en Guinée » (Baadiko Bah, UFD)

0
232

Conakry-Guinée : Invité ce jeudi 29 octobre dans l’émission les Grandes Gueules d’Espace FM, le leader l’Union des forces démocratiques (UFD), l’honorable Mamadou Baadiko Bah, a critiqué la situation qui prévaut en Guinée après le scrutin du 18 octobre dernier. Il s’est montré très amer à l’égard de la CEDEAO, de la CENI y compris la forme actuelle de l’Etat guinéen.

En abordant la méditation de la CEDEAO, le députe UFD ne croit pas à l’instance sous régionale. « Ils ont botté en touche comme ils savent le faire. Vous savez très bien que la CEDEAO ne peut absolument rien imposer à personne. Il y a eu la Cour de justice de la CEDEAO qui a imposé à l’oligarque Patrick Talon qui est l’un des pionniers du rétablissement de la dictature en Afrique et Alassane Ouattara également, ils ont déchiré l’arrêt de la Cour, ils ne l’ont pas respecté. La CEDEAO aujourd’hui a un problème de crédibilité, les bonnes intentions ne manquent pas, mais pour l’instant, elle n’arrive pas de façon conséquente pour faire évoluer les choses dans l’intérêt des peuples », a dénoncé le leader de l’UFD.

Conscient du dilemme auquel les Guinéens se trouvent depuis quelques jours, Mamadou Baadiko Bah ne cache pas ses intentions : « Il faut d’abord que les Guinéens cessent de penser que la Communauté internationale va les sauver, ça n’ira nulle part. Il faut que les Guinéens se parlent entre eux pour trouver les solutions ».

Faire agir tout le temps la communauté internationale, souligne le leader d’UFD, « est un aveu d’inconscience parce que la solution est interne. Vous ne pouvez pas vous lancer dans une action en disant que les autres viennent au secours, il faut qu’on arrive à bien réaliser, depuis combien d’années, il y a des violences après les élections ».

Pour Mamadou Baadiko Bah, la Guinée a besoin d’une sorte de fédéralisme par le simple fait qu’on a pas encore un Etat nation, c’est un « conglomérat de communauté, il faut sortir de ce faux Etat unitaire, il faut arriver à des formes de fédéralisme. Il faut trouver des solutions qui nous permettent de vivre ensemble qui n’existe plus aujourd’hui. Il faut qu’on trouve une autre forme pour que les élections présidentielles ne soient plus l’occasion de nous entretuer, on peut trouver les formes adéquates pour que les élections soient apaisées », a proposé le député Baadiko. Face cette imbroglio politique, le président de l’UFD dessine un tableau carrément différent de la politique unitaire actuelle de la Guinée, il propose ainsi d’établir « un Etat fédéralisme, l’autonomisation, la régionalisation » pour une solution durable et apaisée.

Amara Touré