Dansa Kourouma à la Cour Constitutionnelle : «Les manifestations qui se font dans les rues ou les pressions du pouvoir ne doivent pas les détourner de leur responsabilité»

0
364

Conakry-Guinée : Suite l’appel de manifestation fait par le président de l’UFDG et l’ANAD, les réactions se font sentir du côté des acteurs de la société civile. Joint au téléphone ce mardi 3 novembre par notre rédaction, le président du CNOSCG pense que l’opposition doit attendre les résultats de la Cour constitutionnelle.

Pour Dr Dansa Kourouma, l’opposition doit être cohérant en attendant la décision de la Cour constitutionnelle, mais aussi faire le bilan de manifestations antérieures. « Je conseillera à l’opposition à ce stade à plus de cohérence, c’est-à-dire que des recours ont été déposés à la Cour Constitutionnelle et on doit laisser la Cour faire son travail. Pour moi, si on n’est pas satisfait du travail de la Cour, le droit de manifester est consacré par la Constitution. La deuxième chose, au moment où on n’a même pas fini de faire le bilan des premières manifestations, faire de nouvelles manifestations pourraient ressembler à un déni total aux violences qui ont été perpétrées. Moi, je crois qu’il faut une évaluation de la situation et exiger de la justice de faire la lumière », a conseillé Dr Kourouma.

Parlant des recours faits par certains candidats de l’opposition sur l’annulation des résultats de certaines régions, le président du CNOSCG pense que cette décision ne doit pas être une exigence de la part des opposants, car il revient à la Cour constitutionnelle de trancher : « La décision d’annulation ne peut pas être une exigence des partis. C’est la Cour qui va tirer des conséquences au regard de la profondeur, de la nature et de l’incidence des irrégularités sur la crédibilité globale du scrutin. Elle peut décider de manière souveraine à annuler une circonscription ou à annuler des procès-verbaux des bureaux de vote ou tout simplement annuler le scrutin dans sa globalité. Mais un scrutin qui s’est passé régulièrement à 80%, je ne pense pas que la décision de ce scrutin est une décision responsable et sage ».

Toutefois, il invite la Cour constitutionnelle à plus de sagesse. « Mon interpellation, c’est vers la Cour Constitutionnelle pour qu’elle fasse un travail et pour l’avenir et le présent. Il faut que les juges de la Cour fassent montre de sagesse, d’impartialité et d’indépendance. Les manifestations qui se font dans les rues ou les pressions du pouvoir ne doivent pas les détourner de leur responsabilité face à la paix sociale dans le pays », a prévenu Dansa Kourouma.

Le président du CNOSCG invite les candidats qui perdront après les résultats de la Cour constitutionnelle à accepter de féliciter le vainqueur et au vainqueur de tendre la main aux perdants.

Moïse Rama Fils