Interdiction de vente des produits pétroliers au marché : la décision diversement appréciée à Labé

0
378

Labé -Guinée: Dans un communiqué du ministère de la sécurité et de la protection civile  rendu public ce mercredi 4 novembre 2020, la vente de carburant est interdite hors des stations de service sur toute l’étendue du territoire national. 

À Labé, les réactions fusent de partout au lendemain de cette décision du gouvernement et ça provoque de l’électrochoc chez les vendeurs détaillants. C’est le cas par exemple de Mamadou Mouctar Diallo qui ne partage pas cette décision interdisant la vente des produits pétroliers. 

« Moi je ne suis pas d’avis avec leur décision, sachant que d’abord, il y’a certains quartiers qui sont un peu reculés de la ville, si le gouvernement décide d’interdire le marché noir cela ne va pas en faveur de ces citoyens là. Parce que la plupart des citoyens préfèrent se ravitailler sur le marché noir . Dans certaines sous préfectures aussi on sait qu’il n’ya pas de station service. Donc on ne peut pas dire non à leur décision mais quand même on ne partage pas l’avis », déplore ce vendeur de produits pétroliers. 

Un peu plus loin, un autre vendeur dit avoir accepté la décision Gouvernementale malgré lui, dit-il.« On a entendu la décision du gouvernement, on ne peut pas dire le contraire mais c’est à travers la vente de carburants qu’on arrive à subvenir à nos besoins », explique, Ismaël Diallo.
De son coté, Boubacar Diallo, conducteur de moto  taxi, pense que cette décision est un coup dur pour sa corporation et difficile à faire respecter précise t-il. En dépit de tout ,le jeune homme propose des pistes de solution. « suspendre comme ça le marché noir, ne va pas être facile. Je tiens à ma moto, il peut m’ arrivé que je n’ai plus d’essence et que les stations sont fermées, ça va pas être facile pour moi .Ils peuvent dire à ceux du marché de revendre le prix du litre d’essence à 10000 et celui qui dépasse cela on le prend là c’est possible », sollicite Boubacar Diallo, conducteur de taxi moto. 

Il faut rappeler, que ce sont les agents des services de sécurité qui veilleront sur l’application de cette mesure du Gouvernement à Labé. Mais le directeur régional de la sûreté Moryba Thea dit ne pas être officiellement informé de cette décision. 

Aissatou Diallo Labe pour guineetime