Décès d’ATT : Le Mali perd un artisan de sa démocratie (Haut Conseil des Maliens en Guinée)

0
435

Conakry-Guinée : En espace de deux mois, le Mali perd deux anciens Présidents de la République. Le Premier était Moussa Traoré, décédé le 15 septembre dernier et ce 10 novembre 2020, les Maliens ont été surpris d’apprendre la disparition physique de celui qu’ils appelaient affectueusement ATT.

Amadou Toumani Touré (ATT) est décédé dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 72 ans. L’ancien président malien avait subi une opération du cœur à Bamako avant d’être évacué en Turquie où il rendra l’âme. Ici, en Guinée la communauté malienne a accueilli la nouvelle avec une grande tristesse.  « C’est avec une grande tristesse que nous avons appris très tôt le matin que le Général Amadou Toumani Touré est décédé. Son décès plonge le Mali tout entier dans la consternation. Tant Amadou Toumani a été un acteur majeur de la vie politique du Mali. Aujourd’hui, aucun Malien ne peut être indiffèrent à sa disparition », regrette Mohamed Sidibé, président du Haut Conseil des Maliens en Guinée.

Né le 4 novembre 1948 à Mopti, dans le centre du Mali, ATT fait irruption sur le devant de la scène le 26 mars 1991, lors du coup d’État mené par un groupe d’officiers pour renverser Moussa Traoré, qui tenait le pays d’une main de fer depuis le putsch mené contre le socialiste Modibo Keïta en 1968. Pour Mohamed Sidibé, le défunt a été l’artisan de la démocratie malienne à travers cet acte. « Si on doit parler de lui, on doit parler de trois (3) ATT. ATT, le militaire qui n’a pas aimé le pouvoir et qui a restitué le pouvoir de façon démocratique aux civils après avoir accompli une transition digne de ce nom. Ensuite, il est revenu avec une élection où il a été démocratiquement élu et a prôné le consensus. Tout au long de sa gestion, les Maliens rentraient tous par la même porte pour ressortir par la même porte », rappelle-t-il. Parlant du bilan du Général Amadou Toumani Touré, il cite entre autres : « Les logements sociaux qu’on a appelé « ATT dougou » c’est bien lui. L’hôpital, le troisième pont de Bamako ainsi que les différentes routes ».

Une journée de recueillement est prévue par le Haut Conseil des Malien en Guinée après les obsèques pour le repos de l’âme de celui qui a dirigé le Mali de 2002 à 2012.

Moïse Rama Fils