Rentrée scolaire : Le prix des fournitures scolaires à la hausse à Conakry

0
575

Conakry-Guinée : À quelques jours de la rentrée des classes en Guinée, le prix des fournitures scolaires a grimpé sur les différents marchés de la capitale. Cette situation inquiète les parents d’élèves, mais aussi les vendeurs qui peinent à trouver des clients.

Interrogés, des citoyens nous confient que la Guinée traverse une période très difficile de son histoire. Après la crise du COVID-19, la crise sociopolitique est venue paralyser l’économie du pays et aussi impacter les activités.  Ce qui ne joue pas en faveur de la population. Nana Sylla, vendeuse de tenues scolaires, se plaint de la hausse des prix.

«Les prix sont différents. D’habitude, nous prenons moins que ça et le bénéfice était mieux. Mais cette année, il y a une augmentation. Si nous prenons le rouleau de coton carreler à 300 000 fg, nous revendons à 20 000 fg le mètre et le rouleau de  tissu à 150 000 fg, nous vendons celui-ci à 10 000 fg le mètre,  le rouleau de tenue kaki et bleu se vend à Madina à 420 000, 415 000 fg et 410 000fg. Si nous prenons à ces prix, à notre tour, nous revendons le mètre à 20 000 fg ou encore en fonction de la qualité. Actuellement, la vie devient très dure, nous avons peu de bénéfices sur les marchandises », se lamente cette vendeuse.

Pour Fatoumata Camara, également vendeuse de fournitures scolaires, la reprise des classes s’annonce morose chez les vendeurs. La clientèle est rare et les prix sont chers.

« Depuis hier, il y a peu de clients qui viennent acheter. Moi, je vends des cahiers, des bics et d’autres fournitures scolaires. Par rapport au prix, je dirais qu’il y a eu une légère différence de 2 000 fg et 5 000 fg. Seulement les clients sont très difficiles à convaincre sur cette augmentation même s’ils savent déjà la réalité. Cette année, les cahiers de 200 pages sont à 265 000 alors que l’année passée, c’était à 260 000 fg. Un carton d’académie était à 50 000 fg, mais cette année il y a 2 000 fg de plus,  ce qui fait que le prix a changé, mais quand tu dis à 6 000 fg les parents d’élèves refusent d’acheter. Le prix du bic aussi varie en fonction de la qualité. II y a des cartons à 25 000 fg, à 30 000 fg ainsi de suite, donc c’est pourquoi il y a des bics qui coûtent 1 000 fg, 2 000 fg voire plus même. Alors, c’est dans ces prix que nous cherchons un peu de bénéfices », a t- elle expliqué.

Selon Aissata Traoré, élève de la 12eme année, les prix ne sont pas très abordables cette année.

« Je suis venue acheter des tenues pour mes frères et moi, sauf que les prix sont encore à la hausse par rapport à l’année passée. Je voudrais que 10% soit réduit sur chaque article, franchement nos parents souffrent beaucoup », a-t-elle renchéri.

En plus des autres articles, le prix des sacs scolaires ont aussi connu une flambée, déplore Mme. Doussou Condé.

« Depuis que le ministère de l’Enseignement a annoncé la date de la reprise des classes, tout est monté chez les grossistes. Les parents d’élèves et nous souffrons tous parce qu’on ne peut pas vendre sans chercher de bénéfices et eux-aussi se plaignent du manque d’argent. Si auparavant on prenait les sacs à 40 000 fg, maintenant ils sont à 45 000 fg, ceux qui étaient à 70 000 fg en gros se discutent à 80 000 fg. Dans ce cas, il faut qu’on les liquide à un prix un peu plus élevé parce que nous avons à notre charge le transport, la location des boutiques et les taxes », justifie Mme. Condé.

Aissatou Alhassane Diallo