Rentrée scolaire : les assurances du ministre Bano Barry

0
344

Conakry, Guinée : à quelques heures de l’ouverture officielle des classes, tous les regards sont figés sur le respect des dispositifs pendant cette rentrée des classes en cette période de crise sanitaire et postélectorale.

Pour une rentrée des classes réussies qui,  auparavant a été reporté, avle Directeur de l’école élémentaire Federico Mayor sise à Sandervaliah dans la Commune de Kaloum, Ali Dieng  nous rappelle les mesures prises par son établissement avant cette ouverture  des classes.


« Sur le plan pédagogique, tous les enseignants sont déjà en possession des documents nécessaires pour la reprise des cours, sur le plan logistique nous avons une mission de la DCE qui est là pour résoudre le problème de tables bancs. En termes sanitaires, nous avons des kits que nous avons reçu depuis l’ouverture passée, ces kits sont là » a annoncé le Directeur.


Avec un effectif total de 1134 élèves, le responsable de l’école primaire Federico Mayor de Sandervaliah a exhorté les parents d’élèves à s’activer davantage pour la réussite pérenne des enfants.

« Le vendredi dernier nous avons lancé les informations dans les différentes mosquées de la place, invitant les parents d’élèves de reconnaitre les droits des enfants , aussi à mieux encadrer les futurs cadres du pays » déplore M. Dieng

Dans une séance de sensibilisation, le ministre de l’Education nationale, Dr Bano Barry, rassure les parents d’élèves.

« Les tables-bancs pour vos enfants, les nouveaux et ceux qui transfèrent sont à la charge de l’État Guinéen qui a déjà mis à notre disposition un budget conséquent. 

Mes chers parents d’élèves de Guinée ;

La craie est déjà livrée dans les structures déconcentrées pour être acheminée dans les écoles. Les papiers pour les transferts ne sont pas payants.

Mes chers parents d’élèves de Guinée ;

Certaines des écoles qui étaient en construction à conakry et dans certaines localités du pays seront opérationnelles dès la semaine prochaine, d’autres en rénovation le seront aussi. Nous attendons le budget de 2021 pour recruter de nouveaux enseignants pour les écoles déjà construites et celles qui en manquent.

Mes chers parents d’élèves de Guinée.

Tout n’est pas fait, mais ce qui manque, l’Etat va le faire au rythme de ses possibilités. Je le dis car je sais l’engagement du Président de la République et de son Premier Ministre pour faire de l’école une priorité nationale. »


Amara Touré