Année scolaire 2020-2021 : La rentrée s’annonce bien dans certains établissements de Conakry

0
295

Conakry-Guinée : Comme prévu par le ministère de l’Éducation nationale et de l’alphabétisation, l’année académique, session 2020-2021, a démarré ce mardi 1er décembre sur toute l’étendue du territoire national.

À 7h déjà, l’un de nos reporters a fait le tour de quelques établissements pour constater la situation de la rentrée des classes.

À l’école primaire Kipé 2, situé dans la commune de Ratoma, jusqu’à 7h 45 l’engouement n’était pas de taille. On pouvait compter le nombre d’élèves présents dans la cour de l’école et seulement quelques encadreurs. A côté, se trouve le collège du même établissement public. Là aussi le constat reste le même.

Un peu plus loin, nous nous sommes rendus au complexe scolaire SALEM, section lycée. Là-bas l’atmosphère était différente, les élèves ont plus ou moins répondu présents, les membres de l’administration et certains enseignants y étaient également présents.  Dans ce lycée, à 8h 04 minutes, ils ont entamé la montée des couleurs, ensuite les élèves et les enseignants ont rejoint chacun leurs différentes salles de classes.

Interrogé, Jean René Touré, élève de la terminale sciences sociales au complexe scolaire SALEM, se réjouit de la reprise des cours. Selon lui, les élèves ont massivement répondu présent puisse que c’est le premier jour, on ne peut pas attendre mieux.

Après avoir fait le tour de ces deux établissements, nous sommes allés à la rencontre des élèves du groupe scolaire Hadja Mahawa Sacko, situé à Lambanyi, dans la commune de Ratoma. Tout comme la précédente, cette école a accueilli bon nombre d’élèves ce matin et les cours ont démarré normalement.

Mlle. Fanta Koivogui, élève de la terminale SE au groupe scolaire Hadja Mahawa Sacko, se dit contente de la reprise des cours  après un long moment passé à la maison. « Je suis très ravie d’être là aujourd’hui parce que rester longtemps à la maison pour un élève qui doit faire le baccalauréat, c’est assez difficile. Surtout avec les crises qu’on a vécues l’année dernière, les cours n’ont pas été achevés et si on prolonge  l’ouverture encore, cela va jouer sur nous. Je sais que ça serait difficile pour les professeurs, mais il faut qu’ils fournissent assez d’effort et de notre côté nous allons redoubler plus d’efforts pour la réussite de tous », souligne-t-elle.

Mlle. Sény Monèmou, candidate au BEPC,  invite les élèves à s’impliquer davantage dans la formation. « Je demande aux élèves de redoubler d’efforts parce que si on parle de la réussite d’une école, c’est grâce aux élèves et aux enseignants. Si les élèves et les enseignants n’ont pas de qualités, il n’y aura pas de réussite », explique-t-elle.

La rentrée des classes n’est pas chose aisée chez les parents d’élèves. Cette année, la conjoncture économique a fortement impacté les épargnes des parents d’élèves, notamment l’achat des fournitures scolaires, mais aussi les frais de scolarités qui connaissent chaque année une augmentation. Les crises qu’a connues le pays, notamment la crise sanitaire et la crise sociopolitique seraient la cause nous confie des parents d’élèves.