Covid-19 en Guinée : « On prétend que la fin de cette épidémie, il faut penser vers la fin de l’année 2021 » (Dr Sakoba Keita, DG ANSS)

0
509

Conakry-Guinée : A quand la levée de l’état d’urgence sanitaire en Guinée ? En tout cas beaucoup de Guinéens attendent avec impatience la fin de cette pandémie de Covid-19 dans le pays. Déjà la Guinée connaît une baisse du taux de positivité a souligné Dr Sakoba Keita lors d’une conférence de presse organisée récemment au siège de l’ANSS.

Sur la question, il dira que cette baisse ne signifie pas que c’est la fin de la maladie. « La baisse du taux de positivité, c’est vrai on le constate, mais à partir de la baisse du taux de positivité, c’est difficile pour nous d’envisager la fin de la Covid-19. On est dans un village planétaire, nos parents arrivent de la France tous les jours. L’aéroport est ouvert quelqu’un peut être négatif là-bas une semaine après, il peut développer la maladie en Guinée sans compter que nos voisins, tout le monde est infecté. Donc, si même les chiffres baissent en Guinée, tant que ces pays-là auront les cas, on ne doit pas se dire qu’on a fini. La fin sera que tous les pays qui nous entourent plus ceux aussi qui ont leur chemin raccourci qu’on dise qu’eux aussi on finit, donc ça sera la marche de pygmée », précise le DG de l’ANSS.

Dr Sakoba Keita a par ailleurs rappelé les différentes étapes à suivre pour déclarer la fin d’une épidémie. « Ce qui est difficile en matière d’épidémie, c’est d’avoir le cas zéro. L’OMS définit la fin d’une épidémie, quand on n’aura plus personne ici en Guinée. On fait la double période d’incubation qui est d’un mois. Un mois sans enregistrer un seul cas, après on fait 3 mois de surveillance, 4 mois donc sans rien avoir, c’est en ce moment qu’on déclare la fin. Donc, pour le moment, nous on prétend que la fin de cette épidémie, il faut penser vers la fin de l’année 2021 si tout le monde arrive à répondre probablement à cette nouvelle stratégie. Parce que tant qu’ils auront les cas là-bas, nous ne devrions pas croiser les bras pour dire que nous on a fini », déclare Dr. Sakoba Keita.

Oumar Camara