Médias : La carte professionnelle va distinguer les vrais journalistes des faux

0
344

Conakry-Guinée : La Haute Autorité de la Communication (HAC) dans un communiqué en date du 2 décembre 2020 a annoncé qu’elle a entamé les opérations pour la délivrance de la carte professionnelle de journalistes et qu’elle est gratuite. Cette annonce est saluée par les journalistes que notre rédaction a interrogés.

Pour ces hommes de medias, ces cartes professionnelles permettront de distinguer les vrais journalistes aux faux. « Avant les cartes étaient payantes, chose qui était difficile pour certains journalistes qui n’avaient pas les moyens. Aujourd’hui, on apprend que cette carte est gratuite, je ne ferai que remercier le président de la HAC pour cette initiative qui rentre dans le cadre de l’intérêt des journalistes. Il faut dire qu’il y a parmi nous des journalistes qui ne sont pas crédibles. Dès fois même d’autres sont sans organe de presse », souligne Sana Sylla, journaliste au site d’information verificateur.com

Boura Bangoura, journaliste à Soleil FM, aborde dans le même sens que son prédécesseur en ce qui concerne la gratuité de la carte, mais souhaite que sa délivrance soit accompagnée par certaines mesures. « Je souhaite que cette action soit accompagnée d’un nettoyage du monde médiatique. Parce que bons nombres qui se font passés pour des journalistes aujourd’hui alors qu’ils ne le sont. Par manque de ce toilettage, ces gens-là se permettent à faire de telle forfaiture », dit-il

Pour sa part, Bernard Tonguino, journaliste à la télévision nationale, a également saluée cette initiative de la Haute Autorité de la Communication qui pour la première fois offre ces cartes de presse professionnelle aux hommes de medias de façon gratuite. Pour lui, elles permettront aux journalistes de jouir de leur droit fondamental. « Notre corporation souffre de plusieurs maux et parmi ces maux figurent le manque de cartes professionnelles. Si la HAC décide d’attribuer cette carte à tous les journalistes qui exercent ce métier de manière gratuite, il faut mettre l’accent sur le mot  »gratuité » parce qu’avant c’était moyennant un montant. Cette mesure pourra identifier les vrais journalistes des faux », espère ce JRI à la RTG.

Gnima Aissata Kébé, journaliste au site d’information Kibaro224.com, dénonce les difficultés antérieures pour l’obtention de ce précieux sésame. « Il y avait certains journalistes qui n’étaient pas journalistes qui payaient de l’argent juste pour avoir une carte de presse de la Haute Autorité de la Communication. Donc, si le nouveau président de cette institution a décidé de livrer ces cartes au sein des rédactions de chaque media, je dirais que c’est une très bonne chose », a-t-elle apprécié.

Tous ces hommes de medias interrogés sont tous unanimes que cette carte professionnelle servira à décanter les vrais journalistes des faux et surtout de savoir quel journaliste a réellement un contrat de travail avec son employeur qui par la suite sera forcément obligé de prendre en charge son employé après l’acquisition de cette carte.

Moïse Rama Fils