Médias: Vers la signature de la convention collective

0
473

Conakry-Guinée : La nouvelle équipe du Syndicat des professionnels de la presse privée de Guinée (SPPG) dirigée par l’intérimaire Diaraye Guirassy a rendu visite ce vendredi 11 décembre au bureau exécutif de l’Union des Radios et Télévisions Libres de Guinée(URTELGUI) à son siège à Nongo dans la commune de Ratoma. Au menu : la présentation de l’équipe, la relance des discussion sur la convention collective qui, à la clé, permettra à chaque journaliste de bénéficier de l’amélioration de ces conditions de vie et de travail.

Au sortir de la rencontre, la nouvelle secrétaire générale intérimaire du SPPG a évoqué sa préoccupation face à l’aboutissement de cette convention collective. « Depuis ma prise de fonction à la tête du syndicat, nous avions initié des séries de rencontres pour pouvoir rencontrer toutes les parties prenantes à la convention collective. Comme vous le savez, l’URTELGUI est une association qui regroupe les patrons de presse, donc nous avons jugé nécessaire de venir rencontrer cette structure, de présenter la nouvelle équipe dirigeante du syndicat et éventuellement soulever quelques questions pour l’amélioration des conditions de vie et de travail. Cette amélioration se passe nécessairement par la signature de la convention collective. C’est pourquoi d’ailleurs dans nos échanges, j’ai mis l’accent sur cette convention, sur la nécessité d’aller très vite à la signature de ladite convention qui va réglementer le domaine des médias en Guinée », a déclarée Diaraye Guirassy avant d’ajouter : « Vous saviez, récemment la Haute Autorité de la Communication a mis en place une commission de délivrance des cartes professionnelles de presse dont les conditions à remplir exige d’abord un contrat. Vous le savez mieux que moi dans la plupart des entreprises de presse, le contrat de travail n’existe quasiment pas. Cela est une préoccupation pour le syndicat puisque nous œuvrons pour améliorer les conditions de vie et de travail des journalistes. C’est pourquoi, nous avions mis l’accent à ce qu’on aille très rapidement à la signature de cette convention collective pour permettre aux journalistes de rentrer en possession de leurs cartes professionnelles (…) Nous avons aujourd’hui des journalistes qui sont en justice avec des particuliers qui ont brandit des badges délivrés au sein de leur entreprise de presse, mais des badges que la loi ne reconnait plus ».

M. Aboubacar Camara, président intérimaire de l’URTELGUI, a insisté sur l’importance du contrat de travail surtout dans l’obtention de la carte professionnelle. « Le contrat a un avantage partagé entre l’employé et l’employeur, mais avec l’évolution des choses, le patron a beaucoup plus intérêt de faire signer un contrat à son employé que l’employé lui-même. Parce que le contrat, il y a des garantis en terme de salaire et autres avantages, mais le contrat garanti à l’employeur la stabilité de son entreprise. Puisque qu’avec un contrat, un employé ne peut pas se lever un beau matin pour dire que je quitte ton entreprise », a-t-il souligné.

Moïse Rama Fils