Kankan : L’école de santé communautaire en faillite

0
491

Kankan-Guinée : La seule école publique de soins de santé communautaire de Kankan, située dans l’enceinte de l’hôpital régional, est confrontée de nos jours à d’énormes difficultés. Pourtant, elle a le plus grand effectif d’apprenants dans le domaine de la santé à Kankan. C’est ce qu’a fait savoir ce mardi 22 décembre 2020, son directeur d’études et des stages au cours d’un entretien qu’il a accordé au correspondant de guineetime.info.

Selon Sékou Kouroussa CONDE, parmi les cinq écoles de soins de santé communautaire en Guinée, celle de Kankan est la plus ancienne et la plus convoitée du pays. « Elle a été créée depuis 1972 et c’est l’école la plus convoitée du pays. Nous avons aujourd’hui cinq écoles publiques de santé communautaire, mais la première école qui a été créée, c’est l’école de soins de santé communautaire de Kankan. Une école très convoitée. Pour cette année scolaire, nous avons reçu 1 684 candidats. C’est le plus grand effectif dans toutes les écoles de santé communautaire », a fait savoir le directeur avant d’évoquer les réalités notoires auxquelles ils sont confrontés. « Quand vous prenez cette école, ce n’est pas une école même. C’est un lieu qui abrite l’école de la santé, mais l’école n’existe pas. Elle existe que de nom. Nous travaillons dans des conditions très pénibles, nous n’avons pas de bureaux, de salles de classe, même les latrines n’ont pas d’eau. Il a fallu qu’on se débrouille pour trouver un lieu où on peut faire des latrines. Parce qu’on ne peut pas vivre avec près de 2 000 élèves sans latrines. Chaque année, l’Etat nous promet, mais on ne voit rien. L’Etat ne pense même pas à nous », se lamente-t-il. M. Sékou Kouroussa CONDE estime que la région de Kankan n’a pas d’écoles de santé à cause du fait que le site mis à leur disposition ne soit pas encore aménagé. « Avec le plus grand effectif que nous avons, notre région est la seule qui n’a pas d’écoles de santé. On a un site non aménagé qui est là qui a un grand espace. Mais ici, nous sommes dans les emprunts de l’hôpital. Chaque année, nous sommes menacés. On vient nous dire de dégager », rappelle M. Condé.

Malgré les multiples appels restés en vain à l’endroit de l’Etat, M. Sékou Kouroussa CONDE école ne perd pas espoir. Il lance une fois de plus un appel à l’Etat et surtout à des personnes de bonne volonté de venir en aide à l’école de santé communautaire de N’Zérékoré. « Nous avons lancé un SOS au près du gouvernement, au près des fils patriotes qui peuvent faire quelque chose. Nous demandons maintenant à tous de nous venir en aide. Aidez-nous à former les enfants pour qu’ils puissent servir la nation », conclut-il.

Sékou Bourgeois CAMARA