An 60 de la monnaie guinéenne : La BCRG étale les réformes des dix dernières années

0
344

Conakry-Guinée : La République de Guinée à travers la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) a commémoré ce mercredi 23 Décembre 2020, l’an 60 de la création de la monnaie guinéenne. Présidée par le Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, la cérémonie a été marquée par un exposé sur les réformes monétaires des dix dernières années.

Dans son discours de circonstance, Dr Ibrahima Kassory Fofana a parlé de l’âge de la maturité de la monnaie guinéenne. « Dans la vie d’une monnaie, 60 ans peut être considérer comme l’âge de la maturité. La souveraineté monétaire que nous célébrons aujourd’hui est l’expression d’indépendance économique de notre pays. C’est un atout essentiel de notre indépendance politique. Depuis 60 ans, la Guinée exerce fièrement sa souveraineté monétaire, ce qui aura permis à notre pays de poursuivre sa marche vers les objectifs du développement économique et social fixé souverainement par le gouvernement guinéen. L’instrument monétaire nous donne les moyens de contribuer à la consolidation de l’indépendance économique et politique de notre pays, à la stabilité macroéconomique et au financement de notre économique », souligne le Premier ministre. Le locataire du Palais de la Colombe a également fait cas des défis à relever. « L’événement qui nous réunit doit être une occasion d’une réflexion approfondie sur la finalité même de l’action de la Banque centrale tant sur le continent africain qu’au niveau international. Le débat public économique sur la conduite de la politique monétaire reste vide. Quel objectif pour une institution monétaire dans le contexte actuel ? La politique monétaire est-elle un instrument suffisant voire même adapté au relèvement des défis du moment ? La maitrise de l’inflation et la stabilité financière devraient constituer les seules préoccupations d’une Banque centrale », exhorte-t-il.

Pour sa part, le gouverneur de la BCRG est revenu sur les réformes menées par son institution. « La compensation est déjà automatisée, la gestion de titre est dématérialisée et tous les paiements de taxe et l’impôt de l’État font par rtgellesse, on a plus besoin de chèque ou de paiement espèce. Vous venez de visiter la salle description de billet avec le brouilleur gros système. Avant, c’était l’incinération, des gens profitaient pour soutirer des billets maintenant cela n’est pas possible. D’un autre côté, vous avez la salle des marchés dans laquelle les transactions peuvent être suivies en temps réel pour les cours de franc guinéen vis-à-vis des devises étrangères, pour les cours internationaux de matières premières et les cours internationaux de devises. Tout ceci a été mis en œuvre ces dix dernières années. Il y a d’autres aspects comme le système des formations de crédit qui font que les banques et leurs clientèles peuvent bénéficier de la transparence pour que chacun puisse s’engager le contrat qui les lie en toutes connaissances de cause », rappelle Dr Louceny Nabé.

Il faut rappeler que la monnaie guinéenne a été créée le 1er mars 1960.

Oumar Camara